Perte d’autonomie : le mouvement mutualiste demande des réponses à la hauteur des enjeux

, par  Mathilde Leroy

A l’heure où le débat national sur la prise en charge de la dépendance prend toute son ampleur et apparaît comme une priorité du gouvernement, notamment avec le lancement, le 18 avril, de conférences départementales ouvertes aux citoyens, la Mutualité française dénonce la situation inquiétante des structures d’accueil destinées à nos aînés. « Les professionnels et les représentants des personnes âgées déplorent les tours de "passe-passe" financiers qui se jouent entre l’Etat, la CNSA (Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie, NDLR) et l’assurance maladie au détriment des personnes âgées en perte d’autonomie hébergées en établissement », indique le mouvement dans un communiqué commun avec d’autres organisations comme la Fédération hospitalière de France (FHF), la Fédération des établissements hospitaliers et d’aide à la personne (Fehap) ou la Fédération nationale des associations de directeurs d’établissements et services pour personnes âgées (Fnadepa). Sont notamment pointés du doigt le gel, voire la baisse, des fonds alloués par l’assurance maladie aux établissements pour personnes âgées et la poursuite de la diminution des crédits de la CNSA. Des crédits « repris pas l’assurance maladie (100 millions d’euros en 2010 et 150 millions en 2009) », précise le communiqué. Ces mesures contribuent malheureusement à diminuer le nombre de postes de soignants alors que les besoins augmentent et que les sous-effectifs sont à l’origine de graves dysfonctionnements au sein de ces structures. La Mutualité française avait déjà insisté, en mars, sur l’importance de la dimension humaine dans la question de la dépendance, en appelant à un accroissement du volume de recrutement, à une revalorisation salariale et à une reconnaissance des métiers d’accompagnement.
Face aux arbitrages financiers dénoncés, les organisations signataires du communiqué demandent donc « que les engagements pris par l’Etat dans le cadre du Plan solidarité grand âge soient intégralement respectés pour que le débat sur la perte d’autonomie prenne tout son sens ».

Source
- communiqué « La perte d’autonomie mérite des réponses à la hauteur des enjeux », AD-PA, Fehap, FHF, Fnadepa, Fnaqpa, Fnapaef, Fnar, Les Aînés ruraux, Synerpa, Unccass, Uniopss, Mutualité française, 18 avril 2011.

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie. Souvent malmené par les excès d’alcool, de sucre et la sédentarité, cet organe longtemps resté mystérieux peut souffrir en silence (...)

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)