Parkinson : des efforts à poursuivre

, par  Julien Jeffredo

La maladie de Parkinson, qui touche plus de 150 000 personnes, fait l’objet d’un plan national. Mais avec seulement 3,1 millions d’euros de fonds publics, l’association France Parkinson compte également sur les dons des Français pour l’aider à améliorer le quotidien des malades et des aidants. Et concernant la maladie, les idées reçues restent nombreuses…

En France, 150 000 personnes sont atteintes de la maladie de Parkinson, deuxième cause de handicap moteur chez l’adulte, et chaque année 14 000 nouveaux cas sont diagnostiqués. Déclarée priorité de santé publique, la maladie fait l’objet d’un plan national d’action, mais les moyens déployés ces deux dernières années demeurent insuffisants : 3,1 millions d’euros, soit 10 euros par malade ou aidant. C’est la raison pour laquelle l’association France Parkinson fait cette année encore appel au don. Des témoignages de malades, d’aidants et de médecins peuvent, dans ce cadre, être consultés sur son site.

Vaincre les clichés

Lutter contre la maladie de Parkinson, c’est aussi lutter contre les idées reçues qui lui sont associées. Première d’entre elles : la maladie ne toucherait que les personnes âgées. En réalité, la moitié des personnes diagnostiquées ont entre 40 et 58 ans et 10 % ont même moins de 40 ans.
De la même façon, parkinson n’est pas la maladie du tremblement. S’il s’agit bien d’un symptôme fréquent, un malade sur trois ne tremblera jamais. La lenteur du geste se retrouve, en revanche, chez presque toutes les personnes atteintes. Enfin, bien qu’elle ne se guérisse pas, la maladie peut être soignée, notamment grâce à une intervention chirurgicale qui atténue les symptômes.

Source
- Dossier de presse de France Parkinson, « Ensemble avançons pour changer concrètement la vie des malades ! », avril 2012.

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)

ARTICLES RÉCENTS