On manque cruellement de gamètes

, par  Isabelle Delaleu

Seuls 328 femmes et 400 hommes ont donné leurs gamètes en 2009, pour 1 673 couples en attente d’ovocytes et 2 314 en attente de sperme : le manque de cellules sexuelles est énorme. L’Agence de la biomédecine a lancé en novembre dernier une campagne pour rappeler l’importance de ce don, encore trop peu répandu et pourtant indispensable, puisqu’il offre à de nombreux couples la chance d’avoir un enfant par FIV grâce à un tiers donneur. Et pour beaucoup d’entre eux, cela constitue le dernier espoir…
Qu’il s’agisse d’ovocytes ou de spermatozoïdes, ces dons sont soumis aux trois mêmes règles : consentement, gratuité et anonymat. Pour donner,
il faut être déjà parent et obtenir l’accord de son conjoint. Un décret d’application de la nouvelle loi de bioéthique (juillet  2011), encore en attente, devrait toutefois autoriser et encadrer le don de personnes n’ayant pas encore procréé.
- Le don d’ovocytes : légalisé en France depuis 1994, il vient en aide aux femmes n’ayant pas d’ovaires ou d’ovocytes fonctionnels et à celles souffrant d’insuffisance ovarienne prématurée (chimiothérapie, ménopause précoce…). La donneuse, qui doit être déjà mère et avoir moins de 37 ans, subit un traitement de stimulation assez lourd. Les candidates, souvent sensibilisées à ce don par une de leurs proches, sont peu nombreuses, d’où une attente généralement longue, parfois de plusieurs années, pour les couples infertiles.
- Le don de sperme : c’est la seule solution en cas d’absence de spermatozoïdes (azoospermie) complète et irréversible, ainsi que dans tous les cas de stérilité masculine définitive. Le donneur doit avoir moins de 45 ans. Le sperme est congelé en paillettes dans l’azote liquide pendant six mois. Il peut ensuite être utilisé pour une insémination, une FIV classique
ou, exceptionnellement, une Icsi, avec des résultats similaires à ceux du sperme «  frais  ». Les dons sont gérés par les centres d’étude et de conservation des œufs et du sperme (Cecos). Là encore, l’attente est longue, parfois jusqu’à deux ans.

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)