Obésité : l’épidémie se poursuit malgré un léger ralentissement

, par  Delphine Delarue

Selon la dernière enquête Obépi-Roche, pour la première fois en quinze ans, la progression de l’obésité ralentit en France. Le seuil des 15 % de la population adulte concernée a cependant été atteint, ce qui représente près de 7 millions de personnes. L’épidémie se poursuit donc, avec une prédominance marquée chez les catégories sociales les moins favorisées et dans le Nord du pays.

Certes, à l’instar des Etats-Unis, la progression de l’obésité ralentit sensiblement en France. Selon la sixième édition de l’enquête nationale Obépi-Roche réalisée tous les trois ans, en collaboration avec l’Inserm, l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière et Kantar Health, la prévalence n’a augmenté que de 0,5 % entre 2009 et 2012. Mais ce chiffre plutôt encourageant, notamment pour les politiques de santé publique menées depuis quelques années, ne doit cependant pas masquer la réalité du phénomène : aujourd’hui, près de 7 millions de personnes âgées de plus de 18 ans sont concernées, soit 15 % de la population adulte. En 1997, date de la première enquête, le taux ne dépassait pas les 8 %. Au total, 32,3 % des adultes sont désormais en surpoids, ce qui représente 15 millions de personnes. En quinze ans, le poids moyen des Français a augmenté de 3,6 kilos et leur tour de taille a pris 5,3 centimètres. Or, on sait aujourd’hui que l’adiposité abdominale est associée à « un risque accru de maladies cardio-métaboliques, d’insulino-résistance et de certains cancers », rappelle l’étude. Ainsi, « 31,7 % des individus obèses présentent au moins un problème cardiovasculaire, contre 20,4 % pour la moyenne nationale ».

Pas de ralentissement chez les jeunes

Si l’épidémie marque le pas chez les adultes, c’est loin d’être le cas pour les 18-25 ans. Dans cette tranche d’âge, l’obésité a fait un bon de 35 % en trois ans – elle touche désormais 5,4 % des jeunes –, alors que la variation dans les autres tranches d’âge se situe entre - 1,5 % et + 4,5 %. « Dans les années 90, nous avons constaté une augmentation significative de l’obésité de l’enfant, explique le docteur Marie-Aline Charles, directrice de recherche à l’Inserm et coordinatrice de l’enquête. Cette tranche d’âge arrive aujourd’hui à l’âge adulte et explique en partie la hausse constatée. » A noter également, en 2012, comme depuis 2003, la prévalence de l’obésité est plus élevée chez les femmes (15,7 %) que chez les hommes (14,3 %). En revanche, le surpoids touche plus la population masculine (38,8 %) que féminine (26,3 %).

Le facteur social confirmé

Malgré le ralentissement de l’épidémie, en particulier dans les classes moyennes et supérieures, « il persiste d’importantes différences de prévalence entre les catégories socioprofessionnelles », note l’enquête. L’obésité concerne 16,7 % des ouvriers et 16,2 % des employés, contre 8,7 % des cadres supérieurs et des professions libérales. Comme dans chaque étude Obépi menée depuis 1997, les foyers aux faibles revenus restent les plus touchés : ainsi, l’obésité concerne 25,6 % des personnes dont les revenus sont inférieurs à 900 euros mensuels, contre seulement 7 % de celles qui gagnent plus de 5 301 euros par mois.
Enfin, l’enquête confirme aussi les disparités régionales nord-sud : la prévalence atteint 21,3 % dans le Nord-Pas-de-Calais (région la plus touchée) et seulement 11,6 % dans le Midi-Pyrénées. On constate aussi un gradient décroissant est-ouest avec une prévalence de 18,6 % en Alsace contre 11,8 % en Pays-de-la-Loire.

Source

- « Obépi 2012, enquête épidémiologique nationale sur le surpoids et l’obésité », Inserm, Kantar Health, Roche.

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS