Nouveau plan Fillon : la santé à nouveau touchée

, par  Mathilde Leroy

Les mesures de rigueur annoncées par le Premier ministre comprennent notamment une baisse du taux d’évolution de l’objectif national des dépenses d’assurance maladie (Ondam). Pour 2012, celui-ci passe de + 2,8 % à + 2,5 %.

Alors que le précédent plan de rigueur ne date que du mois d’août, de nouvelles mesures d’austérité, portant sur 7 milliards d’euros pour la seule année 2012, ont été présentées le 7 novembre dernier en Conseil des ministres par François Fillon. Objectif : rééquilibrer les finances publiques en prenant en compte la dernière prévision de croissance pour 2012, soit 1 % et non 1,75 % comme prévu initialement. Parmi les mesures annoncées, certaines concernent directement la santé, avec notamment une réduction du taux d’évolution de l’objectif national des dépenses d’assurance maladie (Ondam). Fixé à + 2,8 % dans le projet de loi de finances de la Sécurité sociale (PLFSS), en cours d’examen au Sénat, ce taux passe à + 2,5 % et ne devrait plus bouger jusqu’en 2016. Cela devrait représenter, en 2012, 500 millions d’euros d’économies supplémentaires. Le gouvernement a également annoncé, toujours pour 2012, un effort de 120 millions d’euros sur les dépenses de gestion des caisses de Sécurité Sociale et de 100 millions d’euros sur les fonds de la protection sociale.

Retraites, TVA, prestations sociales

Et ce n’est pas tout. D’autres secteurs sont également concernés. Le nouveau plan prévoit par exemple d’accélérer la réforme des retraites, avec le passage de l’âge légal à la retraite à 62 ans en 2017 et non plus en 2018. Autre mesure : une augmentation du taux de TVA de 5,5 % à 7 %, sauf pour les produits alimentaires, l’énergie, les produits et services destinés aux personnes handicapées. A signaler aussi, une revalorisation annuelle des prestations sociales qui sera désormais indexée sur la progression de croissance et non sur l’inflation (bien plus forte que la croissance…).

Source
- Dossier de presse « Les mesures du plan de retour à l’équilibre des finances publiques », Premier ministre, 7 novembre 2011 (consultable sur Economie.gouv.fr).

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS