Nos ados vont plutôt bien

, par  Enrique Moreira

Au terme d’une enquête internationale menée dans plus de quarante pays par la Health Behaviour in School-aged Children (HBSC), une organisation spécialisée dans l’étude de la santé des adolescents, l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES) publie les résultats français. L’occasion de mettre fin à quelques a priori sur les 11-15 ans.

Une récente étude, menée par la Health Behaviour in School-aged Children (HBSC) dans une quarantaine de pays, avait pour objectif de faire un état des lieux de l’influence que peuvent avoir les technologies de l’information et de la communication (TIC) tant sur la santé que sur la vie sociale des adolescents dans le monde. Les résultats concernant la France publiés par l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES) montrent que Facebook, Twitter, Internet, smartphones et téléphones portables, souvent décriés et mal compris par les adultes, ne sont pas si nocifs au bien-être des ados.

Une vie sociale plus riche

Si effectivement certains adolescents ayant accès le soir à la maison à un ordinateur, à une tablette informatique ou à un smartphone ont un temps de sommeil plus court (8 h 06 en 2010, contre 8 h 50 en 2006) que ceux qui lisent un livre (8 h 52 en moyenne), cela n’a pas d’impact particulier sur leur santé. D’autant qu’ils sont nombreux à pratiquer une activité physique : 63 % des collégiens font du sport régulièrement en dehors de l’école. En outre, ils mangent mieux qu’avant : la répétition du message sanitaire « Cinq fruits et légumes par jour », sur les nombreux supports médiatiques auxquels les jeunes ont accès, a permis d’augmenter la consommation quotidienne de fruits et légumes, respectivement de 7 % et de 5 %… même s’il faut tempérer cette bonne nouvelle par les risques de saturation vis-à-vis du message, phénomène que nous avons évoqué il y a quelques semaines.

Par ailleurs, et contre toute attente, notamment de la part des parents, les réseaux sociaux (Facebook, Twitter…) n’ont pas d’impact sur la vie sociale des adolescents. Au contraire, ils permettent à ces derniers d’avoir un réseau d’amis plus large qu’en 2006 et de déclarer même avoir, en moyenne, trois véritables amis. Si les ados s’aident d’Internet pour s’affranchir du jugement difficile existant dans les cours des collèges, ils demandent plus qu’avant à voir leurs camarades en face à face.

Une médecine scolaire défaillante

Allant plus loin que l’influence des TIC sur la santé des adolescents, l’étude met en lumière le comportement des jeunes, notamment vis-à-vis des drogues et de l’alcool. Ainsi, un collégien de troisième sur six fume régulièrement. C’est la même proportion qui déclare avoir déjà connu au moins une fois l’ivresse, tandis que l’expérimentation de l’alcool avant l’entrée au collège, c’est-à-dire avant 11 ans, concerne presque un jeune sur deux et 83 % des collégiens, en troisième.

L’étude révèle que les mauvaises habitudes sont prises dès le collège, mais dans l’ensemble les jeunes vont plutôt bien… ce qui n’est pas forcément le cas, très étonnamment, de la politique de santé publique qui leur est destinée. Une enquête réalisée par nos confrères de Viva presse, publiée sur leur site Internet, montre bien qu’entre la réduction de moitié des financements pour les espaces santé jeunes, la fermeture de près de 180 centres du Planning familial et de médecine scolaire, l’Etat a agit jusqu’à présent comme s’il ne se souciait guère de ses jeunes citoyens.

Sources
- « La santé des ados à la loupe », publication des données française de l’enquête Health Behaviour in School-aged Children (HBSC), Inpes, 4 septembre 2012.
- « Les jeunes, oubliés de la santé publique », Viva.presse.fr, 3 septembre 2012.

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS