Ne plus être fataliste face au cancer

, par  Enrique Moreira

La journée mondiale de lutte contre le cancer a eu lieu le 4 février dernier. L’occasion pour l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de rappeler les progrès réalisés contre cette maladie aux multiples formes, mais aussi tout le travail qu’il reste à faire, notamment dans le domaine de la prévention. Le cancer véhicule encore trop de non-dits, de tabous et d’idées reçues, qui conduisent 70 % des Français à ne rien faire pour l’éviter.

Les chiffres présentés à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le cancer, le 4février, sont effarants : en 2006, 7,6 millions de décès étaient dus au cancer. Cela représente 13 % de la mortalité dans le monde. « Pire, on constate une augmentation de 1 à 3 % des cancers chez les enfants et les adolescents », affirme Michèle Rivasi, député européenne Europe Ecologie-Les Verts (EELV) et spécialiste des questions sanitaires, dans un communiqué de presse sur son site Internet.

Accentuer la prévention

Pour autant, il faut mettre ces chiffres en balance. Aujourd’hui, en effet, 60 % des cancers peuvent être guéris. La prévention des risques a permis de diminuer de 40 % le nombre de cas, notamment en obligeant les populations à prendre conscience des facteurs aggravants (tabac, alcool, inactivité physique, etc.) et en les incitant au dépistage.
Malgré cela, une étude Ipsos, réalisée pour la Fondation Arc, révèle que 70 % des Français ne font rien pour éviter le cancer. L’enquête montre « un comportement fataliste et résigné » face à cette maladie. Les Français se focalisent sur son caractère héréditaire, alors que celui-ci n’intervient que dans 5 à 10 % des cas.
D’où l’importance de la prévention, pour Jacqueline Godet, présidente de la Ligue nationale contre le cancer. « L’un des acteurs à mobiliser est certainement l’Education nationale, car plus l’individu est sensibilisé jeune aux questions de santé, plus fort sera l’impact que cette sensibilisation aura sur son vécu et sur celui de ses proches », analyse-t-elle sur son blog. Dans une démarche similaire, la Fondation Arc a lancé un site Internet intitulé « Prévention des cancers ».

Une responsabilité politique

Une autre enquête, menée par la Ligue contre le cancer cette fois, montre qu’il existe aussi des différences culturelles dans le rapport à la maladie. Ainsi, les Français, habitués à une approche collective des questions de santé, se sentent moins responsables individuellement. Exemple frappant : ils sont 50 % à estimer ne pas avoir de mode de vie à risque et 37 % à être fatalistes. C’est la raison pour laquelle il est nécessaire de mener une action politique forte, tant sur le plan de la prévention que sur celui de l’action. « L’inaction politique dans la lutte contre le cancer est criminelle », affirme Michèle Rivasi, arguant qu’environ 5 millions de salariés en France seraient exposés à des agents cancérogènes.
« Réduire les peurs, contrecarrer les idées reçues, modifier l’image du cancer nécessitent des actions, des communications, des visions d’avenir, au plus haut niveau », estime Jacqueline Godet. Du citoyen au dirigeant, personne ne sera de trop pour lutter contre le cancer.

Sources
- Preventiondescancers.org, le site de prévention de la Fondation Arc.
- « Le regard des Français et des Marocains sur le cancer »,
étude Harris Interactive pour la Ligue contre le cancer, Harrisinteractive.fr.

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS