Mon enfant n’aime pas la nouveauté

, par  Delphine Delarue

Vers 2-3 ans, la plupart des enfants passent par une période de « ?néophobie ? » alimentaire : ils refusent catégoriquement toute nourriture inconnue. Et cela peut durer jusqu’à 6-7 ans ! Il est donc important de s’armer de patience. Ne vous arrêtez pas au premier refus de l’enfant, proposez-lui plusieurs fois l’aliment, montrez-lui que vous-même en consommez et essayez différentes présentations (il peut par exemple ne pas aimer les carottes râpées, mais les apprécier en purée). Autre idée : associez-le à la préparation des repas, expliquez-lui ce que vous avez prévu et comment vous cuisinez, cela aiguisera sa curiosité. Enfin, ne le forcez pas à finir son assiette : s’il goûte, c’est déjà bien. Le repas doit rester un moment agréable : plus l’atmosphère sera détendue et plus votre enfant sera disposé à découvrir de nouveaux aliments.

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)