Mieux repérer et protéger les enfants victimes d’inceste

, par  Delphine Delarue

La Haute Autorité de santé a publié un guide de recommandations à destination des professionnels de santé pour les aider à repérer et à signaler les enfants victimes de violences sexuelles au sein de leur famille.

En France, selon la Haute Autorité de santé (HAS), près de 2 millions d’adultes pourraient avoir été victimes d’un inceste durant leur enfance, et 15 000 nouveaux cas de violences sexuelles sur mineurs sont recensés chaque année. Un chiffre bien inférieur à la réalité, d’après la HAS : « Un nombre considérable d’incestes ne seraient ni repérés ni signalés aux autorités », précise-t-elle dans un communiqué. En clair, 90% des victimes choisiraient de se taire ou ne seraient tout simplement pas entendues. Or, comme chacun sait, les maltraitances sexuelles intrafamiliales ont des répercussions terribles sur la santé des enfants, sur leur développement psychomoteur et sur leur bien-être psychosocial. Non repérées ou mal prises en charge, elles conduisent la plupart du temps à la dépression, au repli sur soi, à l’isolement, voire, dans les pires des cas, au suicide. Saisie de la question par le ministère de la Santé, la Haute Autorité a décidé de publier un guide de recommandations à destination des professionnels de santé pour les aider à repérer les victimes et les guider dans leurs démarches de signalement à la justice.

Situations évocatrices

Dans le dispositif du système de soins, ce sont bien ces professionnels, et plus particulièrement les médecins, au contact direct des patients, qui sont les mieux à même de reconnaître les signes évocateurs d’une maltraitance sexuelle ainsi que les situations à risque.
S’il n’existe pas de facteur de risque spécifique – l’inceste peut avoir lieu quel que soit le contexte familial et social –, certaines circonstances peuvent, selon la HAS, alerter : il s’agit par exemple d’un mode de fonctionnement familial replié sur lui-même, d’un climat familial équivoque (insuffisance de limites et d’interdits, érotisation des relations parents-enfants, non-respect de l’intimité, fonctions parentales non assumées, etc.), d’antécédents de violence familiale (violence conjugale, maltraitance physique ou psychologique, carence ou négligence) ou encore d’une situation favorisant le passage à l’acte de l’agresseur (conduites addictives comme l’alcoolisme ou la toxicomanie, pathologie mentale).

Signaux d’alerte

Le guide de la HAS énumère également un certain nombre de signaux d’alerte repérables chez l’enfant, qui, bien qu’ils ne soient pas spécifiquement caractéristiques d’une maltraitance sexuelle, peuvent devenir évocateurs s’ils s’associent, se répètent, s’inscrivent dans la durée et ne trouvent pas d’explication rationnelle. La Haute Autorité parle par exemple de troubles du comportement alimentaire, de troubles du sommeil, de difficultés scolaires ou de signes somatiques et fonctionnels non spécifiques (douleurs abdominales isolées, céphalées, etc.). Certains signes cliniques de la sphère génito-anale, comme des saignements, des pertes génitales, des irritations ou des prurits génitaux, doivent aussi conduire le médecin à s’interroger. Enfin, ce guide donne des conseils pour conduire l’examen psychique et physique de l’enfant et propose une fiche de signalement à adresser au procureur de la République, rappelant que le Code de déontologie médicale impose au médecin de protéger le mineur et de signaler les sévices dont il est victime.

Sources
- Communiqué « Victimes d’inceste : mieux repérer pour mieux protéger », Haute Autorité de santé, 1er juillet 2011.
- Recommandations de bonnes pratiques « Repérage et signalement de l’inceste par les médecins : reconnaître les maltraitances sexuelles intrafamiliales chez le mineur », Haute Autorité de santé, mai 2011.

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS