Méfiez-vous des traitements miracles

, par  Suzanne Kestenberg

Certaines organisations cherchent à profiter de la vulnérabilité des personnes atteintes d’un cancer pour leur vanter des méthodes qui ne sont pas validées scientifiquement et peuvent se révéler dangereuses. Il faut se méfier de ceux qui :
- dénigrent les traitements contre le cancer et conseillent de les arrêter ;
- promettent des résultats supérieurs aux méthodes pratiquées dans les hôpitaux ;
- proposent une séance gratuite ou, au contraire, demandent de régler des séances à l’avance ;
- conseillent aux malades de se couper de leur famille et de leur médecin pour favoriser leur guérison.
En cas de doute, le patient a tout intérêt à parler des propositions ainsi faites
à l’équipe médicale qui le suit ou à son médecin traitant.
Il peut également appeler :
- la plateforme Cancer info de l’Institut national du cancer au 810 810 821 ;
- la Ligue nationale contre le cancer au 0 810 111 101.

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)