Les généralistes veulent faire passer la consultation à 25 euros

, par  Delphine Delarue

Deux syndicats de médecins généralistes appellent à l’augmentation unilatérale du montant de la consultation de 23 à 25 euros, et ce à quelques semaines du début des négociations pour la prochaine convention médicale, qui déterminera les tarifs de base pour la période 2017-2021.

Après MG France (Fédération française des médecins généralistes), premier syndicat de généralistes du pays, c’est au tour de l’Union nationale des omnipraticiens français (Unof-CSMF) d’appeler à la désobéissance tarifaire. Dans un communiqué publié le 4 janvier, l’organisation demande aux médecins de secteur 1 d’augmenter unilatéralement le montant de leur consultation de 23 à 25 euros. « La situation de la médecine générale se dégrade jour après jour pour devenir aujourd’hui la spécialité la moins attractive pour les futurs médecins, explique l’Unof-CSMF. […] Le médecin généraliste français, avec un revenu net de 26 euros de l’heure, a le revenu européen le plus bas des médecins généralistes. » Dans les semaines à venir doivent justement débuter, avec l’Assurance maladie, les négociations de la prochaine convention médicale, dont l’objectif est notamment de déterminer les montants des consultations pour la période 2017-2021. Les syndicats, qui visent un tarif de base augmenté à 25 euros pour MG France et à 30 euros pour l’Unof-CSMF, ne comptent pas réduire la pression d’ici là.

80 % des généralistes prêts à la désobéissance

Si l’on en croit les résultats d’une enquête menée en décembre par l’Unof-CSMF, MG France et la Fédération des médecins de France (FMF) auprès des généralistes, cet appel à la désobéissance risque bien d’être entendu : 80 % des médecins interrogés affirmaient déjà vouloir augmenter unilatéralement leur tarif à 25 euros et 66 % souhaitaient même le doubler pour la création du dossier médical de leurs nouveaux patients. Des mesures qui, si elles sont appliquées, ne seront pas sans conséquences. Elles exposent les généralistes à des sanctions de la caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) pouvant aller jusqu’au déconventionnement et à la non-prise en charge de leurs cotisations sociales (les médecins conventionnés secteur 1 appliquent les tarifs de la Sécu et ne sont pas autorisés à pratiquer de dépassements d’honoraires). Malgré cela, les syndicats restent déterminés. Ils appellent en outre les médecins à refuser d’appliquer le tiers payant généralisé et à poursuivre la grève administrative : depuis plusieurs mois, certains médecins refusent la carte Vitale de leurs patients et leur délivrent des feuilles de soins, compliquant ainsi le travail des CPAM, déjà saturées.

Sources
- « Pour l’Unof-CSMF, la consultation à 25 euros, c’est le 4 janvier 2016 », communiqué de l’Union nationale des omnipraticiens français (Unof), lundi 4 janvier 2016.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

ARTICLES RÉCENTS