Manger en famille pour éviter l’obésité infantile

, par  Julien Jeffredo

La preuve scientifique est établie : prendre ses repas en famille réduit les risques d’obésité chez l’enfant. C’est ce que révèle une étude menée par des chercheurs de l’université de Rutgers, aux Etats-Unis.

Prendre ses repas à table, en famille, était depuis longtemps une question d’éducation. C’est désormais une question de santé publique. Des chercheurs de l’université de Rutgers (Etats-Unis) ont montré que cette habitude, lorsqu’elle est prise dès l’enfance, permet de prévenir l’obésité. Il faut dire que celle-ci touche de plus en plus de pays développés. En France, 18 % des enfants sont en surpoids et 4 % sont obèses.

L’étude, basée sur les résultats de 68 rapports scientifiques, révèle que les enfants qui prennent régulièrement leurs repas en famille adoptent des comportements alimentaires plus sains. Ils ont notamment tendance à consommer davantage de fruits et de légumes et moins de sodas.

L’éducation se fait à table

Les repas familiaux n’assurent pas seulement une alimentation plus équilibrée sur le moment, ils sont également l’occasion d’inculquer des réflexes durables aux enfants. Des réflexes qu’ils conserveront à l’âge adulte… « Nous pensons que passer du temps en famille peut fournir une tribune aux parents, explique Jenifer Martin-Biggers, l’un des auteurs de l’étude, au magazine Time. Elle leur permet d’interagir avec leurs enfants et de leur enseigner des habitudes saines. »

Dîner en paix

Les chercheurs ont également tenté d’établir un lien entre l’ambiance des repas en famille et la qualité des habitudes alimentaires. Résultat : l’intérêt pour la santé est remis en cause si le repas familial est pris devant la télévision ou encore s’il est composé de plats à emporter du type fast-food.

Sources

- « Benefits of Family Mealtime Across the Growing Years : A Conceptual Model », étude de l’université de Rutgers présentée au congrès Biologie expérimentale 2012 de la Société américaine de nutrition.
- « Why Families Who Eat Together Are Healthier », consultable sur le site du Time.

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)

ARTICLES RÉCENTS