Manger en famille pour éviter l’obésité infantile

, par  Julien Jeffredo

La preuve scientifique est établie : prendre ses repas en famille réduit les risques d’obésité chez l’enfant. C’est ce que révèle une étude menée par des chercheurs de l’université de Rutgers, aux Etats-Unis.

Prendre ses repas à table, en famille, était depuis longtemps une question d’éducation. C’est désormais une question de santé publique. Des chercheurs de l’université de Rutgers (Etats-Unis) ont montré que cette habitude, lorsqu’elle est prise dès l’enfance, permet de prévenir l’obésité. Il faut dire que celle-ci touche de plus en plus de pays développés. En France, 18 % des enfants sont en surpoids et 4 % sont obèses.

L’étude, basée sur les résultats de 68 rapports scientifiques, révèle que les enfants qui prennent régulièrement leurs repas en famille adoptent des comportements alimentaires plus sains. Ils ont notamment tendance à consommer davantage de fruits et de légumes et moins de sodas.

L’éducation se fait à table

Les repas familiaux n’assurent pas seulement une alimentation plus équilibrée sur le moment, ils sont également l’occasion d’inculquer des réflexes durables aux enfants. Des réflexes qu’ils conserveront à l’âge adulte… « Nous pensons que passer du temps en famille peut fournir une tribune aux parents, explique Jenifer Martin-Biggers, l’un des auteurs de l’étude, au magazine Time. Elle leur permet d’interagir avec leurs enfants et de leur enseigner des habitudes saines. »

Dîner en paix

Les chercheurs ont également tenté d’établir un lien entre l’ambiance des repas en famille et la qualité des habitudes alimentaires. Résultat : l’intérêt pour la santé est remis en cause si le repas familial est pris devant la télévision ou encore s’il est composé de plats à emporter du type fast-food.

Sources

- « Benefits of Family Mealtime Across the Growing Years : A Conceptual Model », étude de l’université de Rutgers présentée au congrès Biologie expérimentale 2012 de la Société américaine de nutrition.
- « Why Families Who Eat Together Are Healthier », consultable sur le site du Time.

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS