Les médicaments génériques boudés en 2011

, par  Julien Jeffredo

Avec des volumes de vente en baisse de 3 %, l’année 2011 fut médiocre pour les médicaments génériques en France. Les professionnels du secteur pointent une utilisation abusive de la mention « non substituable » par les médecins, mais également un climat de défiance général vis-à-vis des médicaments. De nombreux brevets tomberont toutefois dans le domaine public en 2012 : de quoi redynamiser le secteur.

Pour la première fois, avec un volume de vente en diminution de 3 % l’an dernier en France, le marché du générique a régressé. C’est ce que révèle l’association Gemme (Générique même médicament), qui réunit dix industriels du secteur. Au total, 614 millions de boîtes ont été vendues dans l’Hexagone. Les génériques y représentent moins de 25 % du volume de médicaments remboursables, alors que la moyenne européenne est de 50 %. Pourtant, ces dernières années avaient été plutôt bonnes, avec des taux de croissance en volume de 7 % en 2009 et 6 % en 2010.

La mention « non substituable » en cause

Pour expliquer cette désaffection, les laboratoires producteurs de génériques dénoncent les pratiques de certains médecins, accusés d’utiliser de façon abusive la mention « non substituable » sur les ordonnances. Celle-ci permet qu’un médicament prescrit ne soit pas remplacé par son équivalent en générique. Alors qu’en 2009 le taux de substitution dépassait les 80 %, il est repassé sous le seuil des 70 % en 2011.

Font-ils les frais d’un « effet Mediator » ?

Les génériques souffrent encore de leur réputation et peinent à asseoir leur crédibilité. Alors lorsqu’un scandale sanitaire touche un médicament, en l’occurrence le Mediator (et ses génériques), c’est l’ensemble du secteur qui en fait les frais. C’est en tout cas ce qu’affirme Pascal Brière, le président du Gemme, au journal Les Echos : « Le générique est une victime collatérale du climat déplorable qui a prévalu en France en 2011. Lorsque le médicament d’origine est sujet à caution, la copie l’est plus encore ! »

De meilleures perspectives pour 2012

Mais 2012 devrait être une année plus heureuse pour ce secteur. Plusieurs médicaments tomberont en effet dans le domaine public au cours des prochains mois. Parmi eux, l’Aricept, premier traitement contre la maladie d’Alzheimer, des antimigraineux, des hypertenseurs et surtout l’anticholestérolémiant Tahor. Le marché du générique devrait donc s’étendre, et avec lui les économies pour les patients et les complémentaires santé : elles s’élevaient à 2 milliards d’euros en 2011.

Sources
- « Les médicaments génériques en baisse pour la première fois de leur histoire », Les Echos, 7 février 2012.
- Communiqué de presse, « En 2011 et pour la première fois, le marché du générique en régression », Gemme, 7 février 2012.

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)