Les jeunes Européens sont de plus en plus myopes

, par  Vanessa Pageot-Françoise

Aujourd’hui, 47 % des jeunes Européens sont myopes, d’après une étude publiée dans la revue « Ophthalmology ». Scolarité, écrans et manque de lumière naturelle sont les principaux responsables.

Alertés par la situation dans l’est de l’Asie, où près de huit jeunes sur dix sont myopes, les chercheurs du King’s College London ont analysé la situation à l’échelle européenne en s’appuyant sur quinze études épidémiologiques qui portent sur un panel de 60 000 personnes.
Résultat : près d’un Européen sur deux âgé entre 25 et 29 ans est myope.
La myopie n’est pas une maladie, mais un trouble de la vision, caractérisé par un allongement de l’œil, d’où une mauvaise vision de loin (voir l’infographie). Jusqu’à présent, l’hérédité était désignée comme cause principale. Katie Williams, responsable de l’étude, explique toutefois dans Le Figaro qu’« il n’y a pas pu y avoir une telle mutation génétique sur une seule génération. L’explication réside dans l’évolution de notre mode de vie ».

Les études supérieures ne ménagent pas

Les chercheurs britanniques pointent trois facteurs responsables de cette « épidémie » de myopie chez les jeunes : les heures passées à étudier, les écrans et le peu de temps passé à l’extérieur. Ils insistent sur la forte corrélation entre le niveau d’études et la myopie, la lecture de près et la faible luminosité de lampes artificielles fragilisant l’œil. Selon eux, ceux qui ont arrêté de fréquenter les bancs de l’école à 16 ans ont moins de risques d’être myopes. Quant aux écrans, s’ils ne sont pas le facteur principal, ils amplifieraient ce trouble de la vision.
Les chercheurs soulignent également les éventuels troubles oculaires à venir pour cette génération myope : glaucome, cataracte ou dégénérescence de la rétine.

JPEG

Sources
- « Les jeunes Européens sont de plus en plus myopes », Nicolas Plantey, Lefigaro.fr, 29 mai 2015.
- « Short-sightedness becoming more common across Europe », http://www.kcl.ac.uk/index.aspx, 11 mai 2015.

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)

ARTICLES RÉCENTS