Les jeunes Européens sont de plus en plus myopes

, par  Vanessa Pageot-Françoise

Aujourd’hui, 47 % des jeunes Européens sont myopes, d’après une étude publiée dans la revue « Ophthalmology ». Scolarité, écrans et manque de lumière naturelle sont les principaux responsables.

Alertés par la situation dans l’est de l’Asie, où près de huit jeunes sur dix sont myopes, les chercheurs du King’s College London ont analysé la situation à l’échelle européenne en s’appuyant sur quinze études épidémiologiques qui portent sur un panel de 60 000 personnes.
Résultat : près d’un Européen sur deux âgé entre 25 et 29 ans est myope.
La myopie n’est pas une maladie, mais un trouble de la vision, caractérisé par un allongement de l’œil, d’où une mauvaise vision de loin (voir l’infographie). Jusqu’à présent, l’hérédité était désignée comme cause principale. Katie Williams, responsable de l’étude, explique toutefois dans Le Figaro qu’« il n’y a pas pu y avoir une telle mutation génétique sur une seule génération. L’explication réside dans l’évolution de notre mode de vie ».

Les études supérieures ne ménagent pas

Les chercheurs britanniques pointent trois facteurs responsables de cette « épidémie » de myopie chez les jeunes : les heures passées à étudier, les écrans et le peu de temps passé à l’extérieur. Ils insistent sur la forte corrélation entre le niveau d’études et la myopie, la lecture de près et la faible luminosité de lampes artificielles fragilisant l’œil. Selon eux, ceux qui ont arrêté de fréquenter les bancs de l’école à 16 ans ont moins de risques d’être myopes. Quant aux écrans, s’ils ne sont pas le facteur principal, ils amplifieraient ce trouble de la vision.
Les chercheurs soulignent également les éventuels troubles oculaires à venir pour cette génération myope : glaucome, cataracte ou dégénérescence de la rétine.

JPEG

Sources
- « Les jeunes Européens sont de plus en plus myopes », Nicolas Plantey, Lefigaro.fr, 29 mai 2015.
- « Short-sightedness becoming more common across Europe », http://www.kcl.ac.uk/index.aspx, 11 mai 2015.

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)