Les inégalités d’accès aux soins persistent

, par  Mathilde Leroy

Selon une étude de la Drees, si l’accès géographique aux soins est dans l’ensemble plutôt satisfaisant, il reste marqué par de fortes disparités régionales.

Avec 95 % de la population située à moins de quinze minutes de route d’un médecin généraliste, d’une infirmière, d’un kiné ou d’un dentiste, le temps d’accès des Français aux soins de proximité est « globalement satisfaisant », estime la direction des études du ministère de la Santé (Drees) dans une étude publiée ce mois-ci. Selon cette enquête réalisée d’après des données de janvier 2007, toujours pour 95 % de la population, les spécialistes libéraux seraient quant à eux accessibles en moins de vingt minutes et les structures hospitalières en moins de quarante-cinq minutes. « Cependant, des inégalités d’accès persistent tant pour les spécialités les plus courantes que pour les plus rares, précisent les auteurs. Les régions rurales, à faible densité de population, cumulent l’éloignement des soins de proximité et de la plupart des soins spécialisés. » C’est notamment le cas de la Corse, avec 11 % de population habitant à plus de quinze minutes d’un généraliste. Avec le Limousin, la Bourgogne et l’Auvergne, cette région fait aussi partie de celles où 20 % des habitants résident à plus de trente minutes en voiture du spécialiste le plus proche. Et, bien que les équipements médicaux comme le scanner et l’IRM soient joignables en moins de vingt minutes par la route pour la plupart des Français, leur accès « reste marqué par des disparités régionales et des délais d’attente qui peuvent être importants », précise l’étude.

Pénurie de maternités dans certaines régions

Concernant l’accès aux maternités, si seulement 2% des femmes âgées de 15 à 49 ans habitent à plus de quarante-cinq minutes de route d’une maternité, le chiffre atteint à 31 % en Corse et reste élevé en Limousin (11 %), en Franche-Comté (8 %) et en Poitou-Charentes (7 %). Les résultats sont encore plus alarmants concernant les maternités de niveau 3, accueillant les grossesses à haut risque : « Si 94 % des Françaises peuvent y accéder en moins d’une heure et demie, ce n’est pas le cas de 83 % des Auvergnates, 81 % des habitantes de Midi-Pyrénées, 73 % des Bourguignonnes, 65 % des Poitevines et [ce n’est le cas] d’aucune femme corse. » Enfin, cette étude nous apprend que la distance à parcourir entre les généralistes, les gynécologues, les pédiatres et les patients s’accentue, alors qu’elle se réduit concernant les pneumologues, les gastro-entérologues, les rhumatologues et les kinésithérapeutes.

Source
- « Distances et temps d’accès aux soins en France métropolitaine », Drees, « Etudes et résultats », n° 764, ministère de la Santé, juin 2011.

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.