Les étudiants pas assez mutualisés

, par  Julien Jeffredo

La commission des Affaires sociales du Sénat a lancé une enquête sur la santé et la protection sociale des étudiants. Les travaux sont en cours, mais il apparaît d’ores et déjà que près d’un étudiant sur cinq ne bénéficie pas d’une couverture complémentaire.

En 2008, 23 % des étudiants reportaient, voire renonçaient à des soins. En 2010, la situation s’est aggravée : ils étaient 30 %. Les premiers résultats de l’enquête sur la santé et la protection sociale des jeunes menée par la commission des Affaires sociales du Sénat vont même plus loin. Selon ses rapporteurs, Ronan Kerdraon (PS) et Catherine Procaccia (UMP), 20 % des étudiants n’auraient pas de complémentaire – un chiffre bien au dessus de la moyenne nationale (7 %).

Une santé moins bien protégée

La principale raison de cette plus faible protection sociale est avant tout financière. En additionnant le coût de la mutuelle à celui de la cotisation à la Sécurité sociale, la facture s’élève à 400 euros. Une somme qu’ils cherchent à économiser pour faire face à d’autres postes de dépenses (logement, nourriture, transports).

« Par ailleurs, les étudiants se disent, en grande majorité, satisfaits de leur état de santé, mais ils peuvent être fragilisés par le développement de troubles liés au stress, à l’isolement, à l’alimentation ou à certains comportements à risque », expliquent les rapporteurs.

Le groupe de travail, qui a auditionné des représentants des mutuelles étudiantes (LMDE, MGEL, Emevia), poursuit son enquête. Il cherche notamment des pistes pour améliorer la collaboration entre les mutuelles, l’Assurance maladie et les universités. Car, comme le soulignent Ronan Kerdraon et Catherine Procaccia, « les étudiants et leur famille sont régulièrement confrontés à des délais de remboursement importants et à des difficultés pour contacter les mutuelles en cas de demande d’information ».

Sources
- Mot d’accueil des rapporteurs du groupe de travail sur la protection sociale et la santé des étudiants de la commission des Affaires sociales sur le site du Sénat : Senat.fr.
- Interview de Ronan Kerdraon, Le Télégramme, 14 mai 2012.

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)

ARTICLES RÉCENTS