Les étudiants pas assez mutualisés

, par  Julien Jeffredo

La commission des Affaires sociales du Sénat a lancé une enquête sur la santé et la protection sociale des étudiants. Les travaux sont en cours, mais il apparaît d’ores et déjà que près d’un étudiant sur cinq ne bénéficie pas d’une couverture complémentaire.

En 2008, 23 % des étudiants reportaient, voire renonçaient à des soins. En 2010, la situation s’est aggravée : ils étaient 30 %. Les premiers résultats de l’enquête sur la santé et la protection sociale des jeunes menée par la commission des Affaires sociales du Sénat vont même plus loin. Selon ses rapporteurs, Ronan Kerdraon (PS) et Catherine Procaccia (UMP), 20 % des étudiants n’auraient pas de complémentaire – un chiffre bien au dessus de la moyenne nationale (7 %).

Une santé moins bien protégée

La principale raison de cette plus faible protection sociale est avant tout financière. En additionnant le coût de la mutuelle à celui de la cotisation à la Sécurité sociale, la facture s’élève à 400 euros. Une somme qu’ils cherchent à économiser pour faire face à d’autres postes de dépenses (logement, nourriture, transports).

« Par ailleurs, les étudiants se disent, en grande majorité, satisfaits de leur état de santé, mais ils peuvent être fragilisés par le développement de troubles liés au stress, à l’isolement, à l’alimentation ou à certains comportements à risque », expliquent les rapporteurs.

Le groupe de travail, qui a auditionné des représentants des mutuelles étudiantes (LMDE, MGEL, Emevia), poursuit son enquête. Il cherche notamment des pistes pour améliorer la collaboration entre les mutuelles, l’Assurance maladie et les universités. Car, comme le soulignent Ronan Kerdraon et Catherine Procaccia, « les étudiants et leur famille sont régulièrement confrontés à des délais de remboursement importants et à des difficultés pour contacter les mutuelles en cas de demande d’information ».

Sources
- Mot d’accueil des rapporteurs du groupe de travail sur la protection sociale et la santé des étudiants de la commission des Affaires sociales sur le site du Sénat : Senat.fr.
- Interview de Ronan Kerdraon, Le Télégramme, 14 mai 2012.

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS