Les ennemis de la fertilité

, par  Isabelle Delaleu

-  Le stress, l’alcool, le tabac et le cannabis, la pollution urbaine, l’exposition aux pesticides et aux hormones : tout cela produit
des radicaux libres, aux effets oxydants perturbateurs pour la fertilité.
On retrouve ce phénomène, dit stress oxydatif, chez 50 % des hommes présentant une hypofertilité. Les toxiques peuvent aussi altérer la production d’œstrogènes ou la maturité des ovocytes ou encore perturber le cycle féminin.
-   Les kilos en trop : chez la femme, l’obésité engendre souvent
des perturbations du cycle et une baisse de l’ovulation. Plus surprenant,
mais récemment démontré, le surpoids réduit aussi la fertilité masculine :
la production de testostérone et de deux hormones essentielles à la reproduction* est plus faible, les spermatozoïdes sont moins nombreux et moins mobiles…
-    Certaines carences alimentaires : elles influent fortement sur le «  capital fertilité  », chez l’homme comme chez la femme. Une étude américaine réalisée sur 17 000 femmes a conclu qu’une alimentation saine, accompagnée d’une activité sportive, pourrait réduire de 80 % les risques d’infertilité liés aux troubles de l’ovulation, qui représentent près d’un tiers
des problèmes de fécondité.
* Hormone folliculo-stimulante (FSH) et hormone lutéinisante (LH).

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)