Les ennemis de la fertilité

, par  Isabelle Delaleu

-  Le stress, l’alcool, le tabac et le cannabis, la pollution urbaine, l’exposition aux pesticides et aux hormones : tout cela produit
des radicaux libres, aux effets oxydants perturbateurs pour la fertilité.
On retrouve ce phénomène, dit stress oxydatif, chez 50 % des hommes présentant une hypofertilité. Les toxiques peuvent aussi altérer la production d’œstrogènes ou la maturité des ovocytes ou encore perturber le cycle féminin.
-   Les kilos en trop : chez la femme, l’obésité engendre souvent
des perturbations du cycle et une baisse de l’ovulation. Plus surprenant,
mais récemment démontré, le surpoids réduit aussi la fertilité masculine :
la production de testostérone et de deux hormones essentielles à la reproduction* est plus faible, les spermatozoïdes sont moins nombreux et moins mobiles…
-    Certaines carences alimentaires : elles influent fortement sur le «  capital fertilité  », chez l’homme comme chez la femme. Une étude américaine réalisée sur 17 000 femmes a conclu qu’une alimentation saine, accompagnée d’une activité sportive, pourrait réduire de 80 % les risques d’infertilité liés aux troubles de l’ovulation, qui représentent près d’un tiers
des problèmes de fécondité.
* Hormone folliculo-stimulante (FSH) et hormone lutéinisante (LH).

DOSSIERS

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)