Les boissons light pas si saines

, par  Enrique Moreira

Pour la première fois en France, une étude, pour laquelle 66 000 femmes ont été suivies pendant quatorze ans, montre un lien entre l’augmentation du risque de développer un diabète de type 2 (celui lié à notre mode de vie) et la consommation de boissons dites light.

« Mais light, hein ! » Cette affirmation est devenue quasiment un réflexe pour certains, lorsqu’il s’agit de commander une célèbre boisson gazeuse au serveur. Longtemps, en effet, les boissons dites light ont été présentées comme la solution pour éviter d’absorber trop de sucre et donc de grossir. Pour autant, sont-elles moins dangereuses pour la santé ? C’est ce que pensent de nombreuses femmes, qui en consomment deux fois plus que leur équivalent sucré, les jugeant « meilleures pour leur corps ». C’est en tout cas le premier constat établi par une étude épidémiologique (c’est-à-dire à grande échelle et sur une longue période) dirigée par deux chercheurs français, Françoise Clavel-Chapelon et Guy Fagherazzi. De 1993 à 2007, les chercheurs ont suivi plus de 66 000 femmes afin de déterminer les risques liés à la consommation de boissons light.

Un risque multiplié par 2,3

Le deuxième constat est plus médical. Au delà de la perception de ces sodas, il est désormais scientifiquement prouvé qu’à quantité égale les femmes qui boivent des produits light ont 2,3 fois plus de risques de développer un diabète de type 2, celui qui est directement lié au mode de vie et à l’alimentation. Pour comparaison, les femmes qui prennent des boissons sucrées ont, elles, un risque multiplié par seulement 1,5. Et c’est là le troisième enseignement de cette vaste étude : les jus de fruits pressés, même ceux contenant des sucres ajoutés, n’augmentent pas ce risque.

Le light ne coupe pas la faim

Longtemps promues auprès des diabétiques pour éviter le sucre, les boissons light ne résistent donc pas à l’examen scientifique. Pourquoi cela ? Les chercheurs qui ont mené l’étude émettent plusieurs hypothèses. La première, c’est que les calories de ces sodas s’ajoutent aux autres aliments, car le light ne coupe pas l’appétit. Il pourrait même agir à l’inverse et le stimuler. Une autre théorie serait que l’aspartame contenu dans ces boissons faciliterait l’absorption du sucre présent dans les autres aliments, le corps ne filtrant plus correctement. Enfin, ces boissons pourraient développer un goût important pour le sucre en général.
Si toutes ces solutions restent à étudier, il apparaît clairement que le light n’est plus à recommander aux diabétiques, qui sont plus de trois millions en France et parmi lesquels 90 % sont justement atteints d’un diabète de type 2.

Sources
- « Les boissons light augmenteraient le risque de diabète de type 2 », Doctissimo.fr, 7 février 2013.
- « Les boissons “light” favorisent le diabète chez les femmes », Viva.presse.fr, 7 février 2013.

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS