Les boissons light pas si saines

, par  Enrique Moreira

Pour la première fois en France, une étude, pour laquelle 66 000 femmes ont été suivies pendant quatorze ans, montre un lien entre l’augmentation du risque de développer un diabète de type 2 (celui lié à notre mode de vie) et la consommation de boissons dites light.

« Mais light, hein ! » Cette affirmation est devenue quasiment un réflexe pour certains, lorsqu’il s’agit de commander une célèbre boisson gazeuse au serveur. Longtemps, en effet, les boissons dites light ont été présentées comme la solution pour éviter d’absorber trop de sucre et donc de grossir. Pour autant, sont-elles moins dangereuses pour la santé ? C’est ce que pensent de nombreuses femmes, qui en consomment deux fois plus que leur équivalent sucré, les jugeant « meilleures pour leur corps ». C’est en tout cas le premier constat établi par une étude épidémiologique (c’est-à-dire à grande échelle et sur une longue période) dirigée par deux chercheurs français, Françoise Clavel-Chapelon et Guy Fagherazzi. De 1993 à 2007, les chercheurs ont suivi plus de 66 000 femmes afin de déterminer les risques liés à la consommation de boissons light.

Un risque multiplié par 2,3

Le deuxième constat est plus médical. Au delà de la perception de ces sodas, il est désormais scientifiquement prouvé qu’à quantité égale les femmes qui boivent des produits light ont 2,3 fois plus de risques de développer un diabète de type 2, celui qui est directement lié au mode de vie et à l’alimentation. Pour comparaison, les femmes qui prennent des boissons sucrées ont, elles, un risque multiplié par seulement 1,5. Et c’est là le troisième enseignement de cette vaste étude : les jus de fruits pressés, même ceux contenant des sucres ajoutés, n’augmentent pas ce risque.

Le light ne coupe pas la faim

Longtemps promues auprès des diabétiques pour éviter le sucre, les boissons light ne résistent donc pas à l’examen scientifique. Pourquoi cela ? Les chercheurs qui ont mené l’étude émettent plusieurs hypothèses. La première, c’est que les calories de ces sodas s’ajoutent aux autres aliments, car le light ne coupe pas l’appétit. Il pourrait même agir à l’inverse et le stimuler. Une autre théorie serait que l’aspartame contenu dans ces boissons faciliterait l’absorption du sucre présent dans les autres aliments, le corps ne filtrant plus correctement. Enfin, ces boissons pourraient développer un goût important pour le sucre en général.
Si toutes ces solutions restent à étudier, il apparaît clairement que le light n’est plus à recommander aux diabétiques, qui sont plus de trois millions en France et parmi lesquels 90 % sont justement atteints d’un diabète de type 2.

Sources
- « Les boissons light augmenteraient le risque de diabète de type 2 », Doctissimo.fr, 7 février 2013.
- « Les boissons “light” favorisent le diabète chez les femmes », Viva.presse.fr, 7 février 2013.

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)

ARTICLES RÉCENTS