Les besoins de sang progressent chaque année

, par  Delphine Delarue

L’Etablissement français du sang (EFS) compte sur la Journée mondiale des donneurs de sang, le 14 juin, pour recruter de nouveaux donneurs et faire face à l’augmentation des besoins en produits sanguins.

Alors que chaque année les besoins en produits sanguins s’accroissent, notamment sous l’effet du vieillissement de la population, des progrès de la médecine et des nouveaux usages thérapeutiques, le nombre de donneurs a reculé de 2,70 % en 2010 pour atteindre le chiffre de 1,7 million de personnes. « Depuis 2001, la consommation en globules rouges a augmenté de 22 %, explique Gérard Tobelem, président de l’Etablissement français du sang (EFS). Pour faire face aux besoins en 2011, une augmentation de 10 % des dons de sang et de plasma est nécessaire. » Alors pour inverser la tendance et convaincre de nouveaux donneurs de passer à l’acte, l’EFS a mis en place, à l’occasion de la VIIIe Journée mondiale des donneurs de sang, trois cents lieux de collecte qui recevront le grand public le 14 juin partout en France métropolitaine et dans les DOM. Egalement au programme de cette journée : l’installation, les 14 et 15 juin sur le parvis de la gare Montparnasse à Paris, d’un village scientifique dédié.

Un million de malades soignés chaque année

« Le sang est un produit indispensable et irremplaçable », rappelle M. Tobelem. Chaque année en France, le don permet de soigner un million de malades : des patients atteints de maladies du sang comme la leucémie, la drépanocytose ou le lymphome, des affections fréquentes qui nécessitent l’utilisation constante et vitale de produits sanguins. Ces malades peuvent aussi être hémophiles, grands brûlés, accidentés de la route ou avoir un besoin ponctuel de sang suite à une intervention chirurgicale. Et, malheureusement, la France se distingue des autres pays européens par des conditions d’accès au don relativement sévères : les hommes homosexuels, les transfusés et les personnes pesant moins de 50 kilos, entre autres, ne peuvent pas donner leur sang. Pour pallier ces contraintes, l’EFS envisage notamment d’augmenter la quantité de sang prélevée sur chaque donneur.
Il faut savoir aussi qu’un prélèvement de sang ne dure que dix minutes – quarante-cinq minutes au total si l’on compte l’entretien préalable avec le médecin et la collation qui suit. Le don par aphérèse, qui permet de séparer les éléments de sang (globules rouges, plaquettes et plasma) ne prend quant à lui pas plus de quatre-vingt-dix minutes.

Pour en savoir plus sur le don de sang, les lieux de collecte et le programme de la Journée mondiale en France : www.dondusang.net et jmds.dondusang.net.

 

Sources
- Communiqué « 14 juin 2011, Journée mondiale des donneurs de sang », EFS, 26 mai 2011.
- Dossier de presse « 14 juin 2011, Journée mondiale des donneurs de sang », EFS 14 juin 2011.

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie. Souvent malmené par les excès d’alcool, de sucre et la sédentarité, cet organe longtemps resté mystérieux peut souffrir en silence (...)

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)

ARTICLES RÉCENTS