Les associations déçues par la IIe Conférence nationale du handicap

, par  Mathilde Leroy

Si le gouvernement semble se satisfaire des actions entreprises depuis 2007, les associations rappellent que de grands progrès restent encore à accomplir pour l’intégration des personnes en situation de handicap.

A l’occasion de la IIe Conférence nationale du handicap (CNH), qui s’est tenue le 8 juin à Paris, Nicolas Sarkozy s’est félicité des progrès accomplis en direction des personnes handicapées depuis la précédente édition, il y a quatre ans. « En 2010, a-t-il expliqué, l’effort financier que la collectivité consacre aux personnes handicapées a dépassé 36 milliards d’euros. Depuis 2007, malgré une crise d’une violence inouïe, ce budget pour les handicapés a augmenté de 15 %. » Le chef de l’Etat a notamment confirmé la revalorisation de 25 % de l’allocation adulte handicapé (AAH) pour 2012, une allocation que les bénéficiaires peuvent désormais cumuler avec un salaire. En matière d’éducation, la France compte aujourd’hui 50 000 enfants handicapés inscrits à l’école de plus qu’en 2005 et des efforts devraient être faits pour les accompagner avec le recrutement, à la rentrée 2011, d’« auxiliaires de vie plus nombreux, mieux formés, mieux payés et disposant de véritables perspectives de carrière ». Concernant l’emploi, alors que le taux de chômage des personnes en situation de handicap atteint 19,3 %, le président a annoncé le déblocage de 150 000 euros pour « rendre accessibles les écoles de la fonction publique et aménager davantage de postes pour les agents handicapés, tout particulièrement dans les petites communes ». Dans les entreprises adaptées, 3 000 postes supplémentaires devraient être créés d’ici trois ans. Nicolas Sarkozy a par ailleurs rappelé que, depuis 2005, le nombre de personnes handicapées bénéficiant d’une formation avait augmenté de 70 %.

Un discours « d’autosatisfaction »

Malgré ce bilan qui semble plutôt positif, de grands efforts restent encore à accomplir. En matière d’accessibilité par exemple, selon la loi de 2005, tous les bâtiments accueillant du public devraient être accessibles aux personnes handicapées d’ici 2015, or actuellement seuls 15 % le sont. Autre exemple : en trois ans, seules 26 000 nouvelles places ont été créées dans les établissements et services spécialisés, alors que 50 000 sont prévues d’ici 2012.
Pour l’Association pour adultes et jeunes handicapés (Apajh), avec ce bilan, « le gouvernement a choisi de porter un discours d’autosatisfaction alors que les droits des personnes en situation de handicap régressent. [...] Le discours du président de la République traduit une vision bien éloignée de la situation », précise-t-elle dans un communiqué. De son côté, l’Association des accidentés de la vie (Fnath) regrettent le peu d’annonces concrètes faites à l’occasion de cette deuxième conférence nationale.

Sources
- Discours du président de la République, IIe Conférence nationale du handicap, 8 juin 2011 : http://www.elysee.fr/president/les-....
- Communiqué « L’Apajh dénonce l’opération de communication que constitue en grande partie la deuxième conférence nationale du handicap », Apajh, 8 juin 2011.

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)

ARTICLES RÉCENTS