Les ados diabétiques ont leur site

, par  Patricia Riveccio

Aujourd’hui en France, 18 000 enfants, adolescents et jeunes adultes de 6 à 25 ans sont atteints de diabète de type 1. La maladie progresse de 3,7 % par an chez les moins de 20 ans, un chiffre en augmentation, comme celui du diabète de type 2 chez l’adolescent (lire également l’encadré « Le diabète des jeunes dans le monde »). Or ce moment de la vie, passage de l’enfance à l’âge adulte, est particulièrement vulnérable. « Même si le vécu est variable d’un ado à l’autre, il peut être difficile pour certains d’accepter les contraintes de la maladie », relève le professeur Penfornis, diabétologue au CHU de Besançon.
L’actualité récente, le suicide d’une fillette diabétique de 9 ans, le rappelle.
Difficile d’être différent, surtout quand on n’a pas choisi cette différence. Et comme le diabète ne se guérit pas, le jeune n’a pas d’autre choix que de devenir indépendant dans la prise en charge de sa maladie. Pour les parents, il n’est pas plus aisé de trouver la bonne attitude, entre indifférence ou surprotection. « L’important est de maintenir le lien avec l’ado, de lui faire savoir que l’on comprend ce qu’il vit afin de laisser le dialogue ouvert », précise Jeannine Melières, psychologue au CHU de Besançon.
D’où l’importance de la création d’un site destiné aux adolescents diabétiques : Diabeteetados.fr, un outil d’information ludique et interactif.

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)