Les Assises du médicament sont officiellement lancées

, par  Delphine Delarue

Le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, a présenté les Assises du médicament jeudi 17 février. Cette grande concertation, qui fait suite à l’affaire du Mediator, a pour objectif d’établir une vision stratégique nationale de la politique des produits de santé en vue d’une prochaine réforme.

Restaurer la confiance des Français dans le système de sécurité sanitaire des produits de santé : tel est l’objectif affiché des Assises du médicament, officiellement lancées ce jeudi 17 février par Xavier Bertrand. Cette grande concertation, souhaitée par le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé et par sa secrétaire d’Etat Nora Berra à la suite de la remise du rapport de l’Igas sur le scandale du Mediator, rassemblera tous les acteurs concernés (médecins, associations de patients, industriels, laboratoires, chercheurs, parlementaires, Mutualité française…) pour construire une vision stratégique nationale de la politique des produits de santé qui devrait être aboutie au mois de juin, avant d’être portée au niveau européen. « Il doit y avoir clairement un avant et un après Mediator », a indiqué M. Bertrand lors de la présentation de ces assises. Dans cette optique, six groupes de travail ont été installés : « Améliorer les conditions d’octroi de l’autorisation de mise sur le marché », « Renforcer le système de surveillance des médicaments », « Encadrer les prescriptions hors AMM », « Développer l’information sur les produits de santé », « Optimiser la gouvernance et clarifier les missions des organismes intervenant dans les produits de santé » et « Renforcer les contrôle et l’évaluation des dispositifs médicaux ».

Rapports de synthèse attendus fin mai

Ces groupes de travail sont chargés « de débattre du mode de gouvernance et de la gestion sanitaire des produits de santé et devront notamment élaborer des propositions sur l’évaluation, le suivi, l’utilisation et la promotion de ces produits, afin de garantir une sécurité optimale aux patients, tout en préservant les capacités d’accès à l’innovation », indique le ministère. Les rapports de synthèse de chaque groupe sont attendus pour le mois de mai 2011. Si aucune décision ne devrait être prise avant la remise des travaux, le ministre de la Santé a déjà donné quelques pistes : d’après le quotidien Les Echos du 17 février, il serait favorable à la prescription des médicaments à partir du nom de leur molécule, et non à partir du nom commercial du médicament comme c’est le cas actuellement. Autres orientations évoquées : le maintien de la séparation entre l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), pour la sécurité des produits, et la Haute Autorité de santé (HAS), pour l’évaluation et le bon usage ; et, enfin, l’attribution de la surveillance des effets secondaires des médicaments à l’Institut national de veille sanitaire (INVS), qui surveille déjà l’évolution des maladies et des épidémies sur le territoire, et non plus à l’Afssaps.

Sources
- dossier de presse « Les Assises du médicament », ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé, 17 février 2011.
- « Le gouvernement esquisse la réforme de la police du médicament », Vincent Collen, Les Echos, 17 février 2011.

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS