Le marché des génériques en mauvaise santé

, par  Julien Jeffredo

Le « Mémento » annuel de la Mutualité française révèle que les ventes de génériques se portent plutôt mal, avec une très faible croissance en valeur et un net recul en termes de volumes. Ces médicaments moins couteux ne permettent pas au système d’économiser autant qu’il le pourrait, et l’addition revient souvent aux mutuelles.

Comme chaque année, le « Mémento » de la Mutualité française dresse un état des lieux du marché des médicaments en France. Le moins que l’on puisse dire est que le constat est mauvais. Emblématiques de ce marché, les génériques ne progressent que très faiblement en valeur : 1,5 % en 2011. Pire : en volume, ils régressent de 3,1 %, soit 21,2 millions de boîtes. C’est la première fois dans leur histoire qu’ils connaissent un recul. Conséquence de cette morosité : les économies réalisées grâce aux génériques, elles aussi, augmentent peu. De 1,443 milliard d’euros en 2009, elles avaient bondi à 1,855 milliard en 2010, pour n’atteindre finalement en 2011 que 1,925 milliard.

A l’inverse, le potentiel d’économies qui pourraient être réalisées grâce à ces médicaments a, lui, fortement augmenté. Estimé à 780 millions d’euros en 2010, il atteint les 936 millions en 2011.

Des réticences coûteuses

Pourquoi cette désaffection vis-à-vis des génériques ? Pour les auteurs du « Mémento », le phénomène est le fruit d’une utilisation très fréquente de la mention « non substituable », qui empêche le remplacement par un générique, mais aussi d’une réticence croissante de la part des patients.

Quoi qu’il en soit, ces économies manquées grèvent les comptes des mutuelles. « La Mutualité française s’inquiète de la diminution du recours aux génériques, qui permettent de financer l’innovation thérapeutique tout en préservant la qualité des soins », peut-on lire en prologue du document. Il faut dire que les médicaments sont le premier poste de dépense des mutuelles, avec un coût estimé à 3,1 milliards d’euros en 2011.

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)

ARTICLES RÉCENTS