Le marché des génériques en mauvaise santé

, par  Julien Jeffredo

Le « Mémento » annuel de la Mutualité française révèle que les ventes de génériques se portent plutôt mal, avec une très faible croissance en valeur et un net recul en termes de volumes. Ces médicaments moins couteux ne permettent pas au système d’économiser autant qu’il le pourrait, et l’addition revient souvent aux mutuelles.

Comme chaque année, le « Mémento » de la Mutualité française dresse un état des lieux du marché des médicaments en France. Le moins que l’on puisse dire est que le constat est mauvais. Emblématiques de ce marché, les génériques ne progressent que très faiblement en valeur : 1,5 % en 2011. Pire : en volume, ils régressent de 3,1 %, soit 21,2 millions de boîtes. C’est la première fois dans leur histoire qu’ils connaissent un recul. Conséquence de cette morosité : les économies réalisées grâce aux génériques, elles aussi, augmentent peu. De 1,443 milliard d’euros en 2009, elles avaient bondi à 1,855 milliard en 2010, pour n’atteindre finalement en 2011 que 1,925 milliard.

A l’inverse, le potentiel d’économies qui pourraient être réalisées grâce à ces médicaments a, lui, fortement augmenté. Estimé à 780 millions d’euros en 2010, il atteint les 936 millions en 2011.

Des réticences coûteuses

Pourquoi cette désaffection vis-à-vis des génériques ? Pour les auteurs du « Mémento », le phénomène est le fruit d’une utilisation très fréquente de la mention « non substituable », qui empêche le remplacement par un générique, mais aussi d’une réticence croissante de la part des patients.

Quoi qu’il en soit, ces économies manquées grèvent les comptes des mutuelles. « La Mutualité française s’inquiète de la diminution du recours aux génériques, qui permettent de financer l’innovation thérapeutique tout en préservant la qualité des soins », peut-on lire en prologue du document. Il faut dire que les médicaments sont le premier poste de dépense des mutuelles, avec un coût estimé à 3,1 milliards d’euros en 2011.

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS