Le Ginkgo biloba sur la sellette

, par  Delphine Delarue

Le rapport bénéfice - risque de six médicaments contenant des extraits de Ginkgo biloba, cette plante célèbre de la pharmacopée asiatique, a été jugé défavorable par l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps).

L’avenir des médicaments Tanakan, Tramisal, Vitalogink, Ginkogink, Ginkgo Biogaran et Ginkmongo est incertain. Ces six « vasodilatateurs périphériques » composés d’extraits de Ginkgo biloba, une plante clé de la pharmacopée asiatique largement commercialisée en France sous diverses formes, viennent de faire l’objet d’une réévaluation de complète par l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). Verdict : leur efficacité a été jugée « insuffisante dans toutes les indications » étudiées (ophtalmologie, ORL, cardiologie et neurologie). L’analyse a de plus confirmé « le profil de sécurité d’emploi déjà connu pour ces médicaments, à savoir des effets indésirables majoritairement non graves et de type digestifs et cutanés », précise l’agence dans un communiqué.

Des produits prescrits depuis 1974

La première autorisation de mise sur le marché de ces produits date de 1974 ; ils étaient jusqu’à présent utilisés, entre autres, en traitement d’appoint du déficit pathologique cognitif du sujet âgé, des troubles du champ auditif et visuel présumés d’origine vasculaire, et de certains syndromes vertigineux ou acouphènes également présumés d’origine vasculaire.
Sollicitée sur la question dans le cadre de cette réévaluation, la commission d’autorisation de mise sur le marché (AMM) a de son côté remis le 3 novembre un avis concluant que « le rapport bénéfice - risque de ces médicaments était défavorable ». L’Afssaps a indiqué qu’elle adresserait dans les prochains jours une information aux professionnels de santé les invitant à revoir leurs prescriptions. On peut également supposer que ces médicaments, encore pris en charge à 15 % par la Sécurité sociale mais désormais jugés insuffisamment efficaces, devraient être prochainement déremboursés.

Source
- Communiqué « Point d’information sur les dossiers discutés en commission d’AMM, séance du jeudi 3 novembre 2011 », Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé, 4 novembre 2011 (consultable sur Afssaps.fr)

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS