Le Ginkgo biloba sur la sellette

, par  Delphine Delarue

Le rapport bénéfice - risque de six médicaments contenant des extraits de Ginkgo biloba, cette plante célèbre de la pharmacopée asiatique, a été jugé défavorable par l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps).

L’avenir des médicaments Tanakan, Tramisal, Vitalogink, Ginkogink, Ginkgo Biogaran et Ginkmongo est incertain. Ces six « vasodilatateurs périphériques » composés d’extraits de Ginkgo biloba, une plante clé de la pharmacopée asiatique largement commercialisée en France sous diverses formes, viennent de faire l’objet d’une réévaluation de complète par l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). Verdict : leur efficacité a été jugée « insuffisante dans toutes les indications » étudiées (ophtalmologie, ORL, cardiologie et neurologie). L’analyse a de plus confirmé « le profil de sécurité d’emploi déjà connu pour ces médicaments, à savoir des effets indésirables majoritairement non graves et de type digestifs et cutanés », précise l’agence dans un communiqué.

Des produits prescrits depuis 1974

La première autorisation de mise sur le marché de ces produits date de 1974 ; ils étaient jusqu’à présent utilisés, entre autres, en traitement d’appoint du déficit pathologique cognitif du sujet âgé, des troubles du champ auditif et visuel présumés d’origine vasculaire, et de certains syndromes vertigineux ou acouphènes également présumés d’origine vasculaire.
Sollicitée sur la question dans le cadre de cette réévaluation, la commission d’autorisation de mise sur le marché (AMM) a de son côté remis le 3 novembre un avis concluant que « le rapport bénéfice - risque de ces médicaments était défavorable ». L’Afssaps a indiqué qu’elle adresserait dans les prochains jours une information aux professionnels de santé les invitant à revoir leurs prescriptions. On peut également supposer que ces médicaments, encore pris en charge à 15 % par la Sécurité sociale mais désormais jugés insuffisamment efficaces, devraient être prochainement déremboursés.

Source
- Communiqué « Point d’information sur les dossiers discutés en commission d’AMM, séance du jeudi 3 novembre 2011 », Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé, 4 novembre 2011 (consultable sur Afssaps.fr)

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)