Le Ginkgo biloba sur la sellette

, par  Delphine Delarue

Le rapport bénéfice - risque de six médicaments contenant des extraits de Ginkgo biloba, cette plante célèbre de la pharmacopée asiatique, a été jugé défavorable par l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps).

L’avenir des médicaments Tanakan, Tramisal, Vitalogink, Ginkogink, Ginkgo Biogaran et Ginkmongo est incertain. Ces six « vasodilatateurs périphériques » composés d’extraits de Ginkgo biloba, une plante clé de la pharmacopée asiatique largement commercialisée en France sous diverses formes, viennent de faire l’objet d’une réévaluation de complète par l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). Verdict : leur efficacité a été jugée « insuffisante dans toutes les indications » étudiées (ophtalmologie, ORL, cardiologie et neurologie). L’analyse a de plus confirmé « le profil de sécurité d’emploi déjà connu pour ces médicaments, à savoir des effets indésirables majoritairement non graves et de type digestifs et cutanés », précise l’agence dans un communiqué.

Des produits prescrits depuis 1974

La première autorisation de mise sur le marché de ces produits date de 1974 ; ils étaient jusqu’à présent utilisés, entre autres, en traitement d’appoint du déficit pathologique cognitif du sujet âgé, des troubles du champ auditif et visuel présumés d’origine vasculaire, et de certains syndromes vertigineux ou acouphènes également présumés d’origine vasculaire.
Sollicitée sur la question dans le cadre de cette réévaluation, la commission d’autorisation de mise sur le marché (AMM) a de son côté remis le 3 novembre un avis concluant que « le rapport bénéfice - risque de ces médicaments était défavorable ». L’Afssaps a indiqué qu’elle adresserait dans les prochains jours une information aux professionnels de santé les invitant à revoir leurs prescriptions. On peut également supposer que ces médicaments, encore pris en charge à 15 % par la Sécurité sociale mais désormais jugés insuffisamment efficaces, devraient être prochainement déremboursés.

Source
- Communiqué « Point d’information sur les dossiers discutés en commission d’AMM, séance du jeudi 3 novembre 2011 », Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé, 4 novembre 2011 (consultable sur Afssaps.fr)

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS