Le Gardasil efficace contre le cancer du col de l’utérus

, par  Delphine Delarue

D’après une étude australienne, le vaccin Gardasil, utilisé contre le papillomavirus humain (HPV), permettrait de réduire significativement le risque de cancer du col de l’utérus.

Le Gardasil serait vraiment efficace dans la lutte contre le cancer du col de l’utérus. C’est ce que révèle une étude récente menée en Australie à propos du vaccin utilisé contre le papillomavirus humain (HPV), cette maladie sexuellement transmissible responsable, dans 95 % des cas, du développement de lésions précancéreuses. Ainsi, trois ans après l’introduction d’un programme de vaccination systématique des jeunes filles australiennes, les chercheurs ont constaté une baisse de 38 % de l’incidence des lésions précancéreuses de haut grade parmi les jeunes filles de plus de 18 ans.

Vaccination gratuite de 14 à 23 ans

Des résultats plus que prometteurs qui encouragent le développement de la vaccination, et notamment en France, où le lancement du Gardasil, accusé d’induire des effets secondaires majeurs (chocs anaphylactiques), avait suscité la polémique. Dans l’Hexagone comme en Australie, la généralisation de la vaccination – pour laquelle deux vaccins sont utilisés, le Gardasil et le Cervarix – date de 2007. Elle est gratuite pour toutes les jeunes filles de 14 ans à 23 ans n’ayant pas commencé leur vie sexuelle et ne se substitue évidemment pas à un dépistage régulier du cancer du col de l’utérus, tous les trois ans jusqu’à 65 ans. Rappelons que, chaque année en France, 1 000 femmes meurent de cette maladie et 3 000 nouveaux cas sont diagnostiqués.

Source
- « Early effect of the HPV vaccination programme on cervical abnormalities in Victoria, Australia : An ecological study », Thelancet.com, vol. 377, 18 juin 2011.

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)