Le BPA bientôt proscrit dans tous les contenants alimentaires

, par  Delphine Delarue

Un an après les députés, les sénateurs viennent d’adopter la proposition de loi interdisant le bisphénol A (BPA), perturbateur endocrinien avéré, dans la fabrication des contenants alimentaires.

Un grand pas a été franchi hier, au Sénat. Les Sages ont voté à l’unanimité pour la proposition de loi du député socialiste Gérard Bapt visant à interdire le bisphénol A (BPA) dans tous les contenants alimentaires à compter du 1er juillet 2015. Ils sont même allés plus loin en proscrivant l’ensemble des cancérogènes et des perturbateurs endocriniens dans les dispositifs médicaux destinés aux nourrissons, aux jeunes enfants et aux femmes enceintes. Avec ce vote, la France confirme son rôle de pionnier sur le contrôle des perturbateurs endocriniens. Il s’agit du « premier pays au monde à adopter une mesure aussi générale », a indiqué la rapporteure Patricia Schillinger (PS). En juin 2010, le Parlement avait déjà suspendu la fabrication et la commercialisation des biberons contenant du BPA – une mesure reprise au niveau européen l’année suivante. Plus récemment, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a demandé un classement européen plus sévère du bisphénol A en tant que « toxique pour la reproduction », alors que l’Union européenne ne le considère, actuellement, que comme « toxique suspecté pour la reproduction ».

Un produit de synthèse présent partout

Le BPA est un produit de synthèse utilisé dans la fabrication des plastiques en polycarbonate et des résines époxy. On le retrouve dans de très nombreux produits de la vie courante (tickets de caisse, petit électroménager, lunettes) et notamment dans les contenants alimentaires, comme la vaisselle en plastique, les bombonnes d’eau, ou dans le revêtement intérieur des boîtes de conserve, des canettes et des couvercles de bocaux. De très nombreuses études ont prouvé sa nocivité, que ce soit sur l’animal ou sur l’homme. Perturbateur endocrinien avéré, il agit à très faible dose sur le système hormonal – notamment en migrant dans l’alimentation. « Les chercheurs associent l’exposition au BPA aux cancers du sein et de la prostate, aux troubles métaboliques (diabète, obésité), au risque cardiovasculaire, à des atteintes de la reproduction et à des problèmes neurocomportementaux », explique le Réseau environnement santé (RES) sur son site Internet. La période d’exposition la plus sensible concerne la petite enfance et la vie in-utero : le fœtus contaminé conserve l’impact acquis à ce moment-là et les conséquences sanitaires se manifesteront des années plus tard.

Deux ans pour s’adapter

Les industriels ont donc presque deux ans pour trouver et tester des alternatives au BPA. Un délai élargi par les sénateurs – le projet de loi prévoyait une interdiction dès janvier 2014 – et jugé bien trop long par le RES : « Reculer l’échéance initiale d’un an et demi est stupide du point de vue de la santé publique, d’autant qu’il existe suffisamment de retours d’expériences indiquant que l’industrie agroalimentaire est capable de relever rapidement le défi de la substitution, à l’image de Nestlé ou de Heinz ou de plusieurs PME du secteur bio aux Etats-Unis », regrette Yannick Vicaire, chargé de mission au RES. Certaines pistes sont actuellement explorées, notamment par l’Inserm. De son côté, l’Anses a réalisé, en juin dernier, un état des lieux des alternatives possibles au bisphénol A identifiant 73 substances probables. Elles seront présentées par l’agence dans un rapport d’expertise collective prévu pour fin 2012.

Sources

- « Loi BPA : les sénateurs confirment le rôle pionnier de la France sur le contrôle des perturbateurs endocriniens », RES, 9 octobre 2012.
- « Le Sénat examine l’interdiction du bisphénol A des contenants alimentaires », Le Monde.fr, 9 octobre 2012.
- « Protéger notre environnement et notre santé des perturbateurs endocriniens », RES, 2012.
- « L’Anses propose, au niveau européen, un classement plus sévère du bisphénol A en tant que toxique pour la reproduction », Anses, 26 septembre 2012.
- « Bisphénol A, l’Anses publie les résultats de sa consultation publique », Anses, 28 juin 2012.
- « Risques liés au bisphenol A : synthèse des études parues d’octobre 201 à fin septembre 2012 dans la littérature scientifique (source Pubmed) », RES, 2012.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS