Le 40e congrès de la Mutualité s’ouvre aujourd’hui

, par  Enrique Moreira

C’est aujourd’hui, jeudi 18 octobre, que s’ouvre à Nice (06) le 40e congrès de la Fédération nationale de la Mutualité française. L’occasion pour les mutuelles adhérentes de faire, comme tous les trois ans, un bilan sur la situation du secteur mutualiste, mais également de parler des perspectives à venir. Cette année, le thème est « L’accès aux soins : quel rôle pour la Mutualité ? Quel rôle pour les mutuelles ? ».

C’est l’événement qui secoue, tous les trois ans, le monde mutualiste : le congrès de la Fédération nationale de la Mutualité française (FNMF) s’ouvre, pour sa quarantième édition, aujourd’hui, jeudi 18 octobre, à Nice (06). Il durera trois jours. Le dernier a eu lieu en juin 2009, à Bordeaux, et était consacré à l’innovation pour un monde plus solidaire. Cette année, il a pour thème « L’accès aux soins : quel rôle pour la Mutualité ? Quel rôle pour les mutuelles ? ».

Dans une vidéo diffusée sur le site Internet de la Mutualité française, Etienne Caniard, président de la FNMF, résume les raisons qui ont amené à choisir ce thème. « La santé est un sujet d’inquiétude pour les Français, constate-t-il. Ils s’interrogent sur leur possibilité d’accéder aux soins. » Toujours selon lui, deux questions majeures traversent cette problématique : la première concerne la disponibilité physique des médecins (c’est la question des déserts médicaux) et la seconde les difficultés financières liées aux dépassements d’honoraires et à la faiblesse des remboursements. De là découlent les problèmes sanitaires de renoncement aux soins. « 15 % des Français renoncent à se faire soigner, 30 % s’ils n’ont pas de mutuelle. Cela inquiète la Mutualité française », note Etienne Caniard, qui souhaite s’assurer, lors de ce congrès, que les pouvoirs publics partagent les mêmes préoccupations et travaillent dans le même sens.

Président et ministres seront présents

Il en aura l’occasion. François Hollande participera en effet à la journée de clôture, le samedi 20 octobre. Cela montre l’importance que l’Etat attache à ce congrès et plus généralement à la Mutualité française.
Il faut rappeler que la FNMF fédère la quasi-totalité des mutuelles santé en France, soit près de 500 établissements. Un réseau qui protège environ 38 millions de Français. Le gouvernement ne s’y trompe pas et reconnaît l’importance sociale de la Mutualité. D’où la présence, dès le premier jour, de la ministre de la Santé et des Affaires sociales, Marisol Touraine, ainsi que celle du ministre de l’Economie sociale et solidaire (ESS), Benoît Hamon. La FNMF s’était d’ailleurs déjà félicitée d’avoir été conviée par la ministre de la Santé à prendre part aux négociations nationales sur les dépassements d’honoraires.

Un congrès multimédia

Et puisque l’un des principes fondateurs du système mutualiste est la démocratie et qu’il était physiquement impossible de convier tous les adhérents (3 000 délégués mutualistes seront déjà présents), la Mutualité française a organisé un véritable congrès multimédia. Pour ceux qui n’ont pas pu s’y rendre, l’Agence fédérale d’information mutualiste leur enverra tous les jours un numéro spécial de l’Afim au format PDF pour les informer de l’évolution des débats. Ils pourront également consulter les vidéos complètes des ateliers et les versions intégrales des discours et des séances plénières ou encore participer à des forums Internet sur Mutweb, l’extranet fédéral.

Les séances plénières d’aujourd’hui et de samedi seront également consultables sur le site de la Mutualité française (Mutualite.fr), pour les adhérents mutualistes. Il est conseillé, pour rester informé, de suivre le compte Twitter de la FNMF. Les Internautes seront ainsi constamment informés du déroulement du congrès, des phrases clés des discours et des reportages vidéo disponibles.

Source
- « Les médias pour suivre le congrès », Afim, n° 4226, 12 octobre 2012.

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)