La goutte est de retour

, par  Delphine Delarue

Après avoir presque disparu au siècle dernier, la goutte, ce rhumatisme très douloureux et handicapant, est devenu fréquent dans la plupart des pays industrialisés.

La goutte, cette « maladie des rois » que l’on croyait disparue, est bel et bien de retour dans les pays industrialisés. Aux Etats-Unis par exemple, d’après une étude publiée récemment dans la revue Arthritis and Rheumatism, ce rhumatisme très handicapant toucherait désormais huit millions de personnes, soit environ deux fois plus qu’il y a vingt ans. En France, 600 000 patients seraient concernés et la maladie se développerait même dans des pays où elle n’existait quasiment pas auparavant, comme en Chine ou en Nouvelle Zélande. A l’origine de cette évolution : les modifications alimentaires apparues ces cinquante dernières années, avec la généralisation d’une nourriture trop riche et d’une consommation excessive de viande, d’alcool et de soda.

Douleurs concentrées au niveau du gros orteil

A cause de ces mauvaises habitudes alimentaires, le taux sanguin d’acide urique (un déchet produit naturellement par l’organisme) augmente de façon excessive, ce qui provoque à la longue des crises très violentes de rhumatismes, avec de vives douleurs pour l’essentiel concentrées au niveau des articulations des orteils (le gros en particulier) et du genou.
S’il n’existe pas à l’heure actuelle de traitement curatif de la goutte, des anti-inflammatoires peuvent être prescrits pour soulager les crises. Une seconde approche thérapeutique consiste à prévenir les récidives et les complications en soumettant le patient à une alimentation équilibrée et en lui prescrivant des médicaments qui réduisent le taux d’acide urique dans le sang.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)