La croissance du marché pharmaceutique ralentit en France

, par  Mathilde Leroy

Selon le rapport annuel d’analyse des ventes de médicaments établi par l’Afssaps, la croissance du marché pharmaceutique, plutôt modérée en 2009, s’essoufflerait encore davantage en 2010.

En 2009 en France, les ventes de médicaments, dont 79 % ont été effectuées en officine et 21 % à l’hôpital, ont représenté 27,3 milliards d’euros. Parmi les ventes en officine, 92 % concernent des médicaments remboursables. Telles sont les principales conclusions du rapport annuel d’analyse des ventes de médicaments réalisé par l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) et mis en ligne sur son site Internet le 11 juillet. Ce rapport, établi pour la période 1999-2009, nous apprend également que la croissance du marché pharmaceutique a été plutôt modérée en 2009, le chiffre d’affaires réalisé par les spécialités remboursables ne progressant que de 1,8 % et celui des spécialités non remboursables de 0,4 %. « Seul le marché hospitalier s’est caractérisé par une progression plus marquée (+ 4,7 %) », précise l’agence dans un communiqué. Selon les premiers éléments disponibles pour l’année 2010, également présentés dans ce rapport, le ralentissement de la croissance du marché pharmaceutique se confirmerait, avec une augmentation des ventes en valeur de 0,6 % seulement.

Baisse de la part de marché des génériques

De leur côté, si les médicaments génériques progressent, avec 22,6 % des ventes en quantité des spécialités remboursables, ils ne représentent que 10,4 % de ces ventes en valeur. Des chiffres complétés par le Mémento médicament 2011 de la Mutualité française, qui vient lui aussi de paraître et selon lequel, entre 2008 et 2010, la part de marché totale des génériques (remboursables et non remboursables) est passée de 69 à 65 %. L’analyse de l’Afssaps nous apprend par ailleurs que les spécialités les plus vendues en officine sont les antalgiques. Les chiffres d’affaires les plus importants sont toutefois réalisés par un antiagrégant plaquettaire (médicament destiné à éviter la formation de caillots sanguins), un hypolipidémiant (spécialité destinée à diminuer le taux de lipides dans le sang) et un antiasthmatique. En ce qui concerne l’hôpital, les trois produits les plus vendus sont des anticancéreux.

Sources
- Communiqué « L’Afssaps met en ligne le rapport d’analyse des ventes de médicaments réalisées entre 1999 et 2009 », Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé, 11 juillet 2011.
- Communiqué « Mémento médicament, la nouvelle édition 2011 », Mutualité française, 7 juillet 2011.

DOSSIERS

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

ARTICLES RÉCENTS