La cohorte Elfe officiellement lancée

, par  Delphine Delarue

Pour la première fois en France, 20 000 enfants seront suivis de la naissance à l’âge adulte. Objectif : déterminer l’influence de l’environnement sur leur santé et leur développement.

Mieux comprendre comment l’environnement, l’entourage familial et les conditions de vie influencent la santé, le développement, la socialisation et le parcours scolaire des enfants. C’est le but de la cohorte Elfe*, une grande de étude nationale coordonnée par l’Institut national d’études démographiques (Ined) et l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), et dont le top départ a été donné le 4 avril. Pour la première fois en France – de telles études existent déjà en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis, au Canada, en Irlande ou en Australie –, 20 000 enfants issus de milieux socio-économiques variés seront suivis de la naissance jusqu’à l’âge de 20 ans par soixante équipes de recherche. « Le développement d’un enfant [...] s’effectue en interaction constante avec l’environnement dans lequel il évolue, note l’Ined dans un communiqué. Or cet environnement s’est considérablement modifié au cours des dernières décennies : prolongement de la scolarisation, modification des habitudes alimentaires, réduction de l’exercice physique, accroissement de la pollution atmosphérique et exposition à de nouveaux polluants chimiques, diversité des histoires familiales… » L’étude permettra donc de déterminer les conséquences de ces récentes évolutions et aidera « à formuler des recommandations de politique sociale et de santé publique » pour améliorer la « santé et le bien-être de l’ensemble des enfants », ajoute l’Ined.

Quatre vagues de sélection sur 2011

Concrètement, quatre vagues de sélection de nouveau-nés sont prévues dans l’année auprès de 344 maternités tirées au sort. La première a eu lieu en début de mois, la deuxième se déroulera fin juin-début juillet, la troisième fin septembre-début août et la dernière en décembre. Dès l’accouchement et pendant le séjour à la maternité, des échantillons biologiques (urines, sang et morceau de cordon, mèche de cheveux, lait…) sont recueillis sur le bébé et la maman participants. Les mères remplissent par ailleurs un questionnaire sur le déroulement de leur grossesse, leur situation familiale ou leurs habitudes alimentaires. Certaines familles se verront remettre du matériel destiné à mesurer les taux de pollution et d’allergènes présents à leur domicile. Six à huit semaines après l’accouchement, un premier entretien téléphonique sera organisé avec la mère et le père. Il servira à déterminer l’environnement familial de l’enfant et son état de santé. Dans les mois suivants, les familles répondront à plusieurs questionnaires consacrés à l’alimentation et à l’évolution du bébé. Puis, au cours des années, des contacts seront régulièrement pris pour effectuer des bilans scolaires, des prélèvements biologiques et sanguins, des examens médicaux ou des tests psychomoteurs.

* Etude longitudinale française depuis l’enfance.

 

Sources
- Dossier de presse « Elfe », avril 2011, Ined, Inserm.
- Article « Le devenir de 20 000 enfants : lancement de l’étude de cohorte Elfe », Marie-Aline Charles, Henri Leridon, Patricia Dargent, Bernard Geay, Population et Sociétés (Ined).

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)

ARTICLES RÉCENTS