La HAS veut sortir du tout-médicament

, par  Mathilde Leroy

Dans un rapport d’orientation remis le 7 juin, la Haute Autorité de santé (HAS) propose des pistes pour que le recours aux thérapies non médicamenteuses reconnues soit plus souvent envisagé par les médecins prescripteurs.

Pourquoi, en France, les thérapeutiques non médicamenteuses reconnues, telles la psychothérapie, la diététique, la kinésithérapie ou la pratique d’une activité sportive, sont-elles si rarement envisagées dans la prise en charge de patients comme ceux souffrant de maladies cardiovasculaires ou d’insomnies ? Telle est la question soulevée par la Haute Autorité de santé (HAS) dans un rapport d’orientation remis le 7 juin au ministère de la Santé.
Parmi les freins identifiés au développement de ces traitements alternatifs : le rôle symbolique de la prescription médicamenteuse. « Les prescriptions médicamenteuses disposent, particulièrement en France, d’une dimension symbolique qui prend racine à la fois dans l’objet médicament et dans le geste du médecin rédigeant une ordonnance à l’attention de son patient », note la HAS. D’après le rapport, pour le patient, la prescription sous-entend que sa plainte est bien fondée et que le chemin vers la guérison sera simple à accomplir. Prendre un médicament est plus facile et moins coûteux que de s’engager dans une thérapeutique alternative nécessitant une participation et un investissement actifs.

Manque de temps des médecins

Autre explication avancée par la HAS : « les caractéristiques spécifiques au système de santé français », qui n’incitent pas les professionnels à prescrire ce type de traitement. Les médecins manqueraient notamment de temps pour convaincre les patients de leur intérêt et aussi d’informations sur la disponibilité des professionnels de ces thérapeutiques non médicamenteuses. Enfin, « des inégalités sociales, économiques (reste à charge pour les patients) et géographiques (manque de professionnels spécialisés dans certains territoires) », peuvent également expliquer le phénomène.
Pour encourager le développement de ces thérapies, toujours envisagées en complément d’une prise en charge classique, la HAS propose donc de revoir le mode de rémunération des médecins, le paiement à l’acte ne leur permettant pas de prendre le temps nécessaire à ce type de prescription. La Haute Autorité recommande aussi aux pouvoirs publics d’approfondir et de développer les études sur ces traitements non médicamenteux, notamment pour prouver leur efficacité et renforcer leur reconnaissance. Enfin, le rapport suggère également d’« officialiser la prescription de thérapeutiques non médicamenteuses en rendant systématique leur inscription sur l’ordonnance au même titre que les médicaments ».

Source
- Communiqué « Changer le regard sur les thérapeutiques non médicamenteuses », HAS, 7 juin 2011.

DOSSIERS

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

ARTICLES RÉCENTS