L’autisme, grande cause nationale 2012

, par  Mathilde Leroy

Grâce à l’attribution du label « Grande cause nationale », les associations qui militent pour une meilleure prise en charge de l’autisme pourront mieux sensibiliser l’opinion publique à ce trouble sévère du développement mental, encore porteur de nombreux préjugés.

Lutter contre les idées reçues et les tabous qui entourent encore trop souvent l’autisme : c’est l’objectif du label « Grande cause nationale 2012 », attribué le 20 décembre dernier par le Premier ministre, François Fillon, au rassemblement Ensemble pour l’autisme. Grâce à ce label, les associations militant pour une meilleure prise en charge des malades bénéficieront d’une large exposition médiatique. L’occasion de sensibiliser les Français à cette affection neurologique qui touche, à des degrés divers, 600 000 personnes dans l’Hexagone.
Contrairement aux idées reçues, l’autisme n’est pas un handicap mental ou psychique à proprement parler, mais bien un trouble précoce et sévère du développement*. Il apparaît avant l’âge de 3 ans et se caractérise, notamment, par des troubles du langage et de la communication non verbale, des relations sociales perturbées et un isolement. Selon la Haute Autorité de santé (HAS), « 70 % des personnes atteintes d’un trouble envahissant du développement (dont l’autisme fait partie, NDLR) n’ont pas de déficience intellectuelle ». Un enfant autiste léger diagnostiqué suffisamment tôt et qui aura bénéficié d’une prise en charge adaptée aura donc toutes les chances de voir son affection en partie rééduquée.

Manque de formation des professionnels

Or, actuellement, « le manque de formation des professionnels de santé entraîne un retard de diagnostic aux lourdes conséquences […] et les parents sont encore orientés vers des traitements psychanalytiques inadaptés », précise le collectif Ensemble pour l’autisme. Dans un avis rendu en 2007, le Comité consultatif national d’éthique considérait même qu’une mauvaise prise en charge de l’autisme conduisait souvent à des situations de maltraitance.
Avec l’attribution de ce label, les associations souhaitent donc faire de 2012 une année charnière dans l’amélioration du diagnostic et de la prise en charge éducative et comportementale des personnes autistes. Autisme France exige notamment la refonte des formations initiales et continues des professionnels de santé et interpelle l’Education nationale pour une meilleure intégration des enfants à l’école. L’association demande aussi aux pouvoirs publics de se pencher sur « le sort des adultes privés de diagnostic, de toute éducation adaptée, souvent soumis à l’isolement dans les services de psychiatrie ».

* Ou trouble envahissant du développement (TED).

 

Sources
- Communiqué « Autisme, grande cause nationale 2012 », Autisme France, décembre 2011.
- Communiqué des services du Premier ministre, 20 décembre 2011.
- Communiqué « Ensemble pour l’autisme, grande cause nationale », rassemblement Ensemble pour l’autisme, 20 décembre 2011.
- Site de l’Inserm : www.inserm.fr.

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS