L’OMS reconnaît le caractère potentiellement cancérogène du portable

, par  Mathilde Leroy

Pour la première fois, suite à une réunion d’experts internationaux à Lyon, le Centre international de recherche sur le cancer (Circ), une agence de l’OMS, a classé les champs électromagnétiques de radiofréquence comme cancérogènes possibles.

Les champs électromagnétiques de radiofréquence, dont ceux émis par le téléphone portable, sont désormais classés comme « cancérogènes possibles » par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ), une agence de l’OMS. Cette nouvelle classification – c’est la première fois que l’organisation mondiale reconnaît le caractère potentiellement cancérogène de ces champs électromagnétiques – est la conclusion à laquelle sont parvenus les trente et un experts réunis par le Circ du 24 au 31 mai, à Lyon, pour faire le point sur les connaissances internationales en la matière. Les scientifiques se sont notamment appuyés sur des études épidémiologiques qui montrent un risque accru de gliome, un type de cancer du cerveau associé à l’usage du téléphone mobile, chez les utilisateurs les plus intensifs. Pour le Circ, cependant, les lacunes de certaines études et les incertitudes de leurs résultats imposent de poursuivre les recherches.

Privilégier le kit mains libres et les textos

Quoi qu’il en soit, cette reconnaissance du risque cancérigène a logiquement été saluée par les associations de lutte contre l’usage excessif du portable. « C’est un signal d’alerte aux politiques », a estimé mercredi 1er juin, sur Europe 1, Janine Le Calvez, la présidente de Priartém (Pour une réglementation des implantations d’antennes relais de téléphonie mobile). L’association estime que des mesures doivent être prises immédiatement pour réduire les niveaux et les sources d’exposition, tant pour les utilisateurs de portables que pour les riverains d’antennes. « Les connexions filaires doivent être privilégiées chaque fois que cela est possible (utilisation du téléphone filaire à la maison ou sur les lieux de travail, connexion Internet filaire avec facilité de désactivation du WiFi sur les box) », précise-t-elle sur son site Internet. Il est également conseillé d’utiliser le kit mains libres, de privilégier les textos et, enfin, d’éviter de dormir à proximité immédiate de son mobile.

Sources
- Communiqué « IARC classifies radiofrequency electromagnetic fields as possibly carcinogenic to humans », OMS, 31 mai 2011.
- Communiqué « Le Circ classe les radiofréquences comme potentiellement cancérigènes », Priartém, 31 mai 2011.
- « Pour l’OMS, le téléphone portable peut être cancérogène », Paul Benkimoun, Lemonde.fr, 1er juin 2011 : www.lemonde.fr/planete/article/2011....

DOSSIERS

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)

Ils sont 11 millions à aider un parent...

Ils sont 11 millions à aider un parent dépendant, un conjoint malade, un enfant ou un adolescent handicapé. « Ils », ce sont les aidants. Présents au quotidien auprès de leur proche, ils sont porteurs des valeurs de solidarité et d’entraide, mais doivent pourtant faire face à de nombreuses difficultés. (...)

Les pouvoirs de la méditation

Depuis que je médite, je sens vraiment un changement, confie Isabelle. Dire que ça a changé ma vie serait un peu exagéré, mais je suis tout de même beaucoup plus calme, je prends davantage de recul sur les événements de ma vie et j’arrive à mieux me concentrer au bureau.  » Cela fait bientôt deux ans que (...)

Le cœur des femmes en danger

On a longtemps cru les femmes protégées des « maladies de cœur ». Il n’en est rien, et les conséquences sont redoutables et potentiellement mortelles, d’autant que l’information, la prévention et la prise en charge restent encore défaillantes.
En matière de prévention des maladies cardiovasculaires, le (...)

ARTICLES RÉCENTS