IVG et contraception des mineures : 100 % remboursés

, par  Enrique Moreira

L’Assemblée nationale a adopté quasiment à l’unanimité, vendredi 26 octobre, deux amendements au projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2013. Il s’agit du remboursement à 100 % de l’interruption volontaire de grossesse (IVG) et de tous les contraceptifs pour les mineures entre 15 et 18 ans. Si ce vote n’a pas donné lieu à un grand débat dans l’hémicycle, la décision suscite quelques petites polémiques.

Voilà deux mesures qui n’auront presque pas suscité de débat : le remboursement à 100 % de l’interruption volontaire de grossesse (IVG) et celui de tous les modes de contraception pour les mineures de 15 à 18 ans ont été votés par les députés, la semaine dernière, quasiment à l’unanimité. Seuls 6 députés UMP sur 577 sont allés contre. L’IVG et la contraception semblent désormais relever de l’évidence.
C’est ainsi qu’à compter du 1er janvier 2013, l’IVG pour toutes les femmes sera entièrement pris en charge et les contraceptifs, comme la pilule, seront remboursés pour les jeunes filles qui ont entre 15 et 18 ans. La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a tenu à préciser que cet amendement ne restreignait pas le remboursement à la seule pilule, mais s’étendait à tous les modes de contraception.

Et les 18-24 ans, dans tout ça ?

En marge de ces deux avancées, quelques petites polémiques ont vu le jour, surtout en ce qui concerne la contraception des jeunes filles. Plusieurs associations reprochent en effet le flou existant quant aux futurs moyens mis en œuvre pour garantir l’anonymat de celles qui viendront consulter un médecin afin d’accéder à une contraception. Comment vont-elles faire l’avance des frais ? Comment cela apparaîtra-t-il sur les relevés de la Sécurité sociale sans que les parents soient alertés ?... Autant de problèmes techniques auxquels vient s’ajouter question de la contraception des femmes de 18 àß 24 ans. « La mesure ne prend pas en compte [les 18-24 ans], rappelle Marie-Pierre Martinet, secrétaire générale du Planning familial. Pourtant, elles sont souvent en situation de grande précarité et la première chose qu’elles abandonnent, c’est la contraception. »
Un autre problème demeure : le nombre de centres du Planning familial a chuté ces dernières années, principalement en raison de coupes budgétaires. Or comment s’assurer que toutes les jeunes femmes auront accès à la contraception si l’on ne peut pas garantir à chacune la possibilité de consulter sans difficulté ?

Sources

- « Remboursement de la contraception à 100 % : nouveau couac au gouvernement ? », Lexpress.fr, 23 octobre 2012.
- « La contraception des jeunes filles et l’IVG prises en charge à 100 % », Libération, 26 octobre 2012.
- « L’Assemblée vote la gratuité des contraceptifs pour les mineurs », Lepoint.fr, 26 octobre 2012.
- « Contraception, IVG, comme une évidence », Le Monde, 30 octobre 2012.

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie. Souvent malmené par les excès d’alcool, de sucre et la sédentarité, cet organe longtemps resté mystérieux peut souffrir en silence (...)

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)