Hygiène dentaire douteuse pour les Français

, par  Delphine Delarue

D’après le baromètre Ifop-Sensodyne sur la sensibilité dentaire présenté récemment, seuls 53 % de nos concitoyens se laveraient les dents deux fois par jour, et ils seraient 31 % à ne le faire qu’une seule fois.

Pas très propres, les Français ? Il semblerait bien que oui, du moins en ce qui concerne l’hygiène buccodentaire. D’après le baromètre Ifop-Sensodyne sur la sensibilité dentaire, présenté récemment à l’occasion du congrès de l’Association dentaire française, seuls 53 % de nos concitoyens se laveraient les dents deux fois par jour. Pire : 31 % des personnes interrogées déclarent ne le faire qu’une fois par jour, voire moins souvent. Le baromètre nous apprend également que les femmes sont plus soucieuses de leur santé dentaire : elles sont 59 % à déclarer se laver les dents deux fois par jour, contre 48 % pour les hommes. Des chiffres qui restent cependant trop faibles pour les deux sexes.
« Un patient qui se brosse peu ou pas les dents va développer un certain nombre de pathologies, explique le docteur Céline Gaucher, chirurgien dentiste. L’absence d’hygiène buccodentaire augmente d’une part la détérioration de la gencive, qui va se rétracter et laisser apparaître la racine de la dent, très sensible, et d’autre part le risque de développer des caries. Un problème souvent bénin au départ, qui se traduit par des signes de sensibilité dentaire, risque donc de très vite s’aggraver. »

Même en cas de gênes, certains ne veulent pas consulter

D’après le baromètre, 42 % des Français souffriraient de douleurs récurrentes, de sensation de gêne au chaud ou au froid et, au lieu de s’attaquer au problème et de consulter, certains préfèrent modifier leurs habitudes alimentaires et adapter leur brossage de dents en ne s’occupant que de celles qui ne sont pas douloureuses. Ces « mécanismes d’évitement ne constituent pas une solution et peuvent même participer à l’aggravation du problème », souligne le docteur Gaucher. D’autant que des solutions existent pour remédier à ces sensibilités. Le chirurgien-dentiste peut par exemple prescrire un dentifrice désensibilisant et une brosse à dents souple, le recours chirurgical n’étant indispensable qu’au dernier stade, quand on a trop laissé les choses s’aggraver. Pour éviter d’en arriver là, une seule solution : se laver les dents au minimum deux fois par jour pendant trois minutes (ce n’est pas la force du brossage qui compte, c’est sa durée) après le petit déjeuner et le dîner. Se rincer, en plus, la bouche après le déjeuner peut aussi contribuer à la préservation de la santé buccodentaire.

Source
- Baromètre Sensodyne-Ifop « Les Français et la sensibilité dentaire », réalisé par GlaxoSmithKline santé grand public, juillet 2011.

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS