Huit médicaments dangereux à retirer du marché selon l’UFC-Que choisir

, par  Delphine Delarue

L’association de consommateurs UFC-Que choisir a passé au crible la liste des 77 médicaments placés sous surveillance par l’Afssaps. Résultat : 31 seraient à éviter et 8, jugés « particulièrement dangereux », devraient être interdits à la commercialisation.

Fin janvier, suite à l’affaire du Mediator et dans un souci de transparence affiché, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) publiait la liste de soixante-dix-sept médicaments faisant l’objet d’un suivi renforcé de pharmacovigilance par ses services. Or cette liste, « livrée sans aucune explication ni hiérarchisation », a « complètement manqué sa cible et inquiété les personnes prenant l’un de ces médicaments », dénonce l’UFC-Que choisir dans son numéro spécial santé daté d’avril 2011. En s’appuyant sur les analyses de la revue indépendante Prescrire, l’association de consommateurs a donc décidé d’établir sa propre liste à partir du document de l’Afssaps. Et le constat est alarmant : parmi les produits pointés par l’agence sanitaire, « trente et un sont à éviter, dont huit, particulièrement dangereux, sont à retirer du marché sans attendre : Actos, Arcoxia, Equanil, Hexaquine, Nexen, Valdoxan, Vastarel et Zyban ». Plusieurs de ces médicaments sont déjà interdits à l’étranger. « Faudra-t-il attendre de nouveaux drames pour que les autorités prennent leurs responsabilités ? », s’interroge l’association, qui demande aux pouvoirs publics d’agir sans délai et de retirer ces médicaments du marché.

Analyse des médicaments à vignette orange

L’UFC a par ailleurs analysé les médicaments à vignette orange. Ces produits, remboursés à 15 % par la Sécurité sociale, sont qualifiés de médicaments à service médical rendu (SMR) insuffisant par la commission de la transparence dépendante du ministère de la Santé. Or, selon l’UFC, certains sont vraiment utiles, comme le Rhinadvil (décongestionnant ORL) ou le Nérisalic (corticoïde cutané associé), et mériteraient donc une meilleure prise en charge par la collectivité nationale. A l’inverse, d’autres seraient inefficaces, voire dangereux, comme certains vasodilatateurs dont le Fonzylane ou l’Olmifon. Rappelant que les impératifs de santé publique doivent passer avant l’intérêt économique des laboratoires, l’UFC demande le déremboursement des médicaments inefficaces, qui « grèvent inutilement les finances publiques et contribuent à l’augmentation des primes d’assurance complémentaire santé ». Et l’association de conclure : « La communication défaillante de l’Afssaps s’agissant des médicaments placés sous surveillance est une nouvelle preuve de l’urgence de la réforme de la politique du médicament, réforme qui se fait toujours attendre. »

Source
- Communiqué « Encore trop de médicaments inutiles ou dangereux en circulation ! », UFC-Que choisir, 28 mars 2011.
- Dossier spécial « La vraie liste des médicaments inutiles ou dangereux »,
Que choisir santé, avril 2011.

DOSSIERS

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

ARTICLES RÉCENTS