Hémochromatose : dépister tôt pour mieux traiter

, par  Julien Jeffredo

Plus fréquente chez les populations d’origine caucasienne que chez celles d’Afrique et d’Asie, l’hémochromatose touche un Français sur 300 et se classe ainsi au premier rang des maladies génétiques. Or si elle n’est pas traitée précocement, elle peut se révéler gravissime. Son dépistage est donc un enjeu majeur. L’Association hémochromatose France organise du 21 au 26 mai une semaine de sensibilisation.

C’est la première maladie génétique en France, et pourtant l’hémochromatose reste encore très méconnue. Diagnostiquée sur un patient jeune, puis traitée aussitôt, elle est bénigne, mais avec l’âge elle s’aggrave et peut parfois même être mortelle.

« Trop de fer, c’est l’enfer »

La maladie est provoquée par une absorption excessive de fer. Ce dernier s’accumule dans les organes tels que le cœur, le foie, le pancréas, les glandes endocriniennes, les articulations ou la peau et entraîne d’autres pathologies. L’hémochromatose génétique peut ainsi être à l’origine d’un diabète sucré, d’une insuffisance cardiaque, de douleurs articulaires et même d’un cancer. Chaque année, parmi les 200 000 personnes touchées en France, 2 000 personnes y succombent.

Une simple analyse de sang

Avant 20 ans, chez le porteur du gène, la maladie ne se manifeste pas. L’accumulation de fer dans les organes est quasiment indétectable. Ce n’est qu’à l’âge adulte qu’elle se révèle par une fatigue continue (dans un cas sur deux). Seulement, cette asthénie est souvent traitée par des fortifiants à base de fer, qui aggravent l’état du patient. Les troubles sexuels (perte de libido, troubles de l’érection, aménorrhée), et les douleurs articulaires des troisième et quatrième doigts doivent également alerter.

Le dépistage consiste en une simple analyse de sang. S’il est pratiqué avant 35 ans, il permet une prise en charge rapide et efficace : la plupart des symptômes disparaissent et le patient retrouve une espérance de vie normale.
En revanche, lorsque la maladie est découverte plus tard, entre 45 et 60 ans pour les hommes et entre 50 et 59 ans pour les femmes, l’état de santé du patient s’est déjà détérioré et il développe alors de lourdes pathologies. C’est la raison pour laquelle l’Association hémochromatose France veille, depuis neuf ans, à sensibiliser la population par une campagne nationale, qui cette année se déroule du 21 au 26 mai.

Sources
- « Semaine nationale de sensibilisation au dépistage de l’hémochromatose », dossier de presse, Association hémochromatose France, 19 mars 2012. Plus d’infos sur Hemochromatose.fr.

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)