Fraude sociale : 636,1 millions d’euros de préjudice détectés

, par  Delphine Delarue

Selon le dernier bilan de la Délégation nationale de lutte contre la fraude (DNLF), en 2013 les organismes sociaux ont détecté 636,1 millions d’euros de fraudes au préjudice de la Sécurité sociale. Pour l’Assurance maladie, le montant s’élève à plus de 174 millions d’euros. Et contrairement à une idée reçue, les assurés sont loin d’être les plus gros fraudeurs.

Record battu : pour l’année 2013, les organismes de sécurité sociale ont détecté pour 636,1 millions d’euros de fraudes, soit une augmentation de 13 % par rapport à l’année précédente. C’est ce que nous apprend le dernier bilan de la Délégation nationale de lutte contre la fraude (DNLF), publié le 5 janvier. Pour l’Assurance maladie, le manque à gagner atteint plus de 174 millions d’euros (en hausse de 12 % par rapport à 2012). Une somme considérable, bien qu’elle ne représente qu’un millième des dépenses totales de cet organisme public. Et contrairement à une idée reçue, les assurés sont bien loin d’être les premiers responsables de ces résultats, puisque les fraudes aux « droits et prestations en espèce » ne représentent « que » 19,7 millions d’euros. Ces fraudes concernent essentiellement de fausses déclarations d’indemnités journalières en cas d’arrêt maladie, des demandes indues de pension d’invalidité ou l’allocation supplémentaire d’invalidité.

Les professionnels de santé pointés du doigt

Selon le rapport, près de la moitié des fraudes détectées sont imputables aux professionnels de santé, essentiellement pour des prestations surfacturées ou fictives. En premier lieu, le document dénonce les infirmiers, responsables de 18,3 millions d’euros de préjudice, les transporteurs sanitaires et les taxis (17,6 millions d’euros), les médecins généralistes et spécialistes (6,1 millions), les chirurgiens-dentistes (4,7 millions) et les kinés (3 millions). Enfin, dans les établissements hospitaliers, les fraudes détectées s’élèvent à 65,8 millions d’euros.
Pour autant, l’augmentation détectée de la fraude sociale ne signifie pas forcément que celle-ci s’accroît : selon la DNLF, c’est plutôt le signe d’une plus grande efficacité des contrôles effectués, notamment grâce au « data mining », une démarche d’exploration des données et de croisement de fichiers, ainsi que d’une meilleure coordination des services et des agents.

Sources
- « Lutte contre la fraude, bilan 2013 », Délégation nationale de lutte contre la fraude (DNLF), janvier 2015.
- « Ce que cache le nouveau record de la fraude sociale », Lexpress.fr-AFP.

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)

ARTICLES RÉCENTS