La France face à une pénurie d’IRM

, par  Julien Jeffredo

Derrière ses voisins européens et en dessous des objectifs du Plan cancer, la France est insuffisamment pourvue en imagerie par résonance magnétique (IRM). Seuls 618 équipements sont installés dans l’Hexagone, et toutes les régions ne sont pas logées à la même enseigne:les délais d’attente, pour les patients, oscillent entre 20 et 50 jours. Cela n’est pas sans incidence et peut même se révéler tardif quand il s’agit de diagnostiquer un cancer.

La France est à la traîne en termes d’équipement en imagerie par résonance magnétique (IRM). Pour rejoindre la moyenne de ses voisins européens, elle devrait être pourvue de 1 260 appareils. Ils ne sont, dans les faits, que 618.
Et si la réalité contraste avec d’autres pays, elle est également bien en deçà des objectifs du Plan cancer (2009–2013), qui prévoyait dix IRM par million d’habitants. En outre, la progression des installations chute de 9 % en 2010 à 4,4 % en 2011.

Cette pénurie a évidemment des conséquences indéniables:il faut compter en moyenne 29,1 jours pour un rendez-vous, voire 50 jours dans certaines régions.

Des inégalités régionales

En effet, devant ce manque d’IRM, toutes les régions ne sont pas égales, loin de là : la Basse-Normandie, la Bretagne, les Pays de la Loire et le Limousin sont les plus mal dotés. A l’inverse, le Nord-Pas-de-Calais et l’Ile-de-France, mieux équipés, présentent des temps d’attente nettement plus courts:20 jours en moyenne. Ces inégalités n’ont fait que s’accentuer ces dernières années.

Un outil indispensable contre le cancer

Les longs délais d’attente sont particulièrement préoccupants quand on sait que les IRM sont utilisées dans les domaines médicaux où la rapidité du diagnostic est cruciale pour assurer un traitement efficace et augmenter les chances de guérison, en particulier dans les cas de cancer.

Ce type d’imagerie est par ailleurs de plus en plus recommandé, car il n’expose pas le patient à des rayons ionisants, contrairement aux radiographies et aux scanners.

Source
- « Accès à l’IRM en France, des inégalités régionales qui s’aggravent et une totale rupture avec l’Europe », communiqué de presse de l’Association imagerie santé avenir (ISA).

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS