Plus d’un Français sur dix renonce à des soins pour raisons financières

, par  Delphine Delarue

En 2008, 15,4 % des adultes avaient renoncé à des soins pour raisons financières au cours des douze derniers mois, d’après une étude publiée récemment par l’Irdes.

En France, malgré un système de protection sociale à vocation universelle, le taux de renoncement aux soins des adultes pour raisons financières augmente régulièrement et de façon inquiétante : d’environ 10 % en 2002, il est passé à 15,4 % en 2008. C’est ce que révèle une étude publiée récemment par l’Institut de recherche et documentation en économie de la santé (Irdes). Parmi les soins les plus fréquemment abandonnés, on retrouve les soins dentaires (10 % de la population), la lunetterie (4,1 %) et les consultations de médecins généralistes et spécialistes (3,4 %). L’étude nous apprend également que les femmes renoncent plus fréquemment à se faire soigner que les hommes, que le taux de renoncement augmente de façon continue de 18 à 40 ans et qu’il se stabilise entre 40 et 50 avant de diminuer progressivement. Parmi les raisons expliquant ce renoncement, la faiblesse du pouvoir d’achat, l’origine sociale et l’absence de mutuelle constituent évidemment des facteurs importants. Ainsi, « les personnes sans complémentaire renoncent deux fois plus que les autres aux soins les moins bien couverts par le régime obligatoire », précise l’étude. Les dépassements d’honoraires de certains médecins sont également déterminants : c’est par exemple dans les départements où les tarifs dentaires sont les plus élevés que les taux de renoncement sont les plus importants.

Facteurs socio-économiques

Mais ce n’est pas tout. Les auteurs de l’étude expliquent que le phénomène est aussi lié « à l’histoire de vie, en particulier la situation sociale passée, présente, ainsi que les perspectives d’avenir » de la personne. Dans la vie d’un individu, plus les expériences de difficultés (problèmes financiers, périodes d’inactivité, temps partiel subi, impossibilité de partir en vacances, peur de perdre son emploi, isolement, absence de logement fixe) ont été récurrentes et proches, plus le renoncement aux soins sera important. Ce cumul de situations de précarité, qui conduit à une vulnérabilité de long terme et à une sorte de décrochage social, explique aussi que le plus fort taux de renoncement se retrouve chez les bénéficiaires de la couverture maladie universelle (CMU) : 22 % en 2008. L’étude souligne cependant que, si la CMU n’existait pas, ce taux atteindrait aisément les 40 % chez la population aujourd’hui concernée par le dispositif.

Source
- « Le renoncement aux soins pour raisons financières : une approche économétrique », Questions d’économie de la santé, n° 170, Irdes, novembre 2011.

DOSSIERS

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

ARTICLES RÉCENTS