Plus d’un Français sur dix renonce à des soins pour raisons financières

, par  Delphine Delarue

En 2008, 15,4 % des adultes avaient renoncé à des soins pour raisons financières au cours des douze derniers mois, d’après une étude publiée récemment par l’Irdes.

En France, malgré un système de protection sociale à vocation universelle, le taux de renoncement aux soins des adultes pour raisons financières augmente régulièrement et de façon inquiétante : d’environ 10 % en 2002, il est passé à 15,4 % en 2008. C’est ce que révèle une étude publiée récemment par l’Institut de recherche et documentation en économie de la santé (Irdes). Parmi les soins les plus fréquemment abandonnés, on retrouve les soins dentaires (10 % de la population), la lunetterie (4,1 %) et les consultations de médecins généralistes et spécialistes (3,4 %). L’étude nous apprend également que les femmes renoncent plus fréquemment à se faire soigner que les hommes, que le taux de renoncement augmente de façon continue de 18 à 40 ans et qu’il se stabilise entre 40 et 50 avant de diminuer progressivement. Parmi les raisons expliquant ce renoncement, la faiblesse du pouvoir d’achat, l’origine sociale et l’absence de mutuelle constituent évidemment des facteurs importants. Ainsi, « les personnes sans complémentaire renoncent deux fois plus que les autres aux soins les moins bien couverts par le régime obligatoire », précise l’étude. Les dépassements d’honoraires de certains médecins sont également déterminants : c’est par exemple dans les départements où les tarifs dentaires sont les plus élevés que les taux de renoncement sont les plus importants.

Facteurs socio-économiques

Mais ce n’est pas tout. Les auteurs de l’étude expliquent que le phénomène est aussi lié « à l’histoire de vie, en particulier la situation sociale passée, présente, ainsi que les perspectives d’avenir » de la personne. Dans la vie d’un individu, plus les expériences de difficultés (problèmes financiers, périodes d’inactivité, temps partiel subi, impossibilité de partir en vacances, peur de perdre son emploi, isolement, absence de logement fixe) ont été récurrentes et proches, plus le renoncement aux soins sera important. Ce cumul de situations de précarité, qui conduit à une vulnérabilité de long terme et à une sorte de décrochage social, explique aussi que le plus fort taux de renoncement se retrouve chez les bénéficiaires de la couverture maladie universelle (CMU) : 22 % en 2008. L’étude souligne cependant que, si la CMU n’existait pas, ce taux atteindrait aisément les 40 % chez la population aujourd’hui concernée par le dispositif.

Source
- « Le renoncement aux soins pour raisons financières : une approche économétrique », Questions d’économie de la santé, n° 170, Irdes, novembre 2011.

DOSSIERS

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)