Budget santé des Français : l’écart s’est creusé en 2012

, par  Enrique Moreira

En 2012, les ménages français ont payé en moyenne 568 euros de leur poche pour leur santé. C’est ce que nous apprend le baromètre Sofinscope de Sofinco (filiale du groupe Crédit agricole SA). Ce budget reste stable par rapport à l’année précédente, mais il ne faut pas forcément s’en réjouir : le sondage met également en évidence un creusement des inégalités dans les dépenses de soins.

Ce n’est pas parce qu’un baromètre reste stable d’une année sur l’autre que rien n’a changé. C’est ce qu’illustre parfaitement celui intitulé « Les Français et leur budget santé » réalisé par Sonfinco. D’un côté, il montre que les dépenses de santé des ménages en 2012 sont restées les mêmes que l’année précédente au niveau national : en moyenne 568 euros, ce chiffre ne prenant en compte que le reste à charge, c’est-à-dire la part que les Français ont à payer de leur poche après les remboursements de l’Assurance maladie et des complémentaires santé (mutuelles et assurances privées). De l’autre, il met en évidence le creusement des inégalités entre les plus riches et les plus pauvres.

Les jeunes et les personnes âgées très concernés

Si les Français les plus riches ont augmenté d’un quart leur budget moyen (+ 28 % pour les revenus se situant au-dessus de 3 500 euros par mois), les plus pauvres ont en effet, dans le même temps, diminué le leur d’un quart (– 27 % pour les personnes ayant moins de 1 000 euros mensuels). Ainsi, la moyenne nationale reste identique, mais cela signifie tout autre chose.
De la même manière, les dépenses des personnes âgées sont passées de 911 euros en 2011 à 1 039 euros en 2012, tandis que les jeunes les réduisaient à 222 euros contre 255 euros auparavant. Seule la classe moyenne (entre 2 000 et 3 500 euros de revenus) est restée assez stable, avec une baisse de 7 % de ses frais de santé, passant de 606 à 566 euros en un an.

Une mutuelle moins chère

Afin de lutter contre ce phénomène qui frappe leur portefeuille, 32 % des Français ont opté pour une complémentaire santé qui rembourse mieux les soins. Mais là aussi, la solution n’est pas adaptée à toutes les bourses, car souvent cela signifie payer une cotisation plus importante. Un tiers des sondés ont donc décidé d’une réduction générale de leur budget santé et ont préféré se tourner, tout simplement, vers une mutuelle moins chère.
Seul aspect positif relevé par ce sondage, le renoncement aux soins a, lui, diminué. Ils étaient en effet 60 % à déclarer avoir déjà dû renoncer à des soins en 2011, ils ne sont plus que 53 % en 2012.

Sources
- « Les Français et leur budget santé », baromètre Sofinscope de Sofinco.
- « Le Sofinscope, Baromètre opinion Way pour Sofinco », étude réalisée par Opinon Way du 2 au 3 janvier 2013 auprès d’un échantillon de 1 012 personnes âgées de 18 ans et plus (méthode des quotas) et interrogées en ligne sur système Cawi.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)

ARTICLES RÉCENTS