Faut-il bannir les petits pots ?

, par  Delphine Delarue

Les petits pots sont-ils suffisamment équilibrés pour être consommés tous les jours par les bébés ? Pour le docteur Marcus, pédiatre, « ils contiennent tout ce qu’il faut pour nourrir un enfant et assurer sa croissance ». Leur production est encadrée par une réglementation très stricte et certaines marques développent des produits à base de légumes cuits à la vapeur sans aucun additif ou conservateur. « Mais la question n’est pas celle de l’équilibre alimentaire, ajoute le docteur Marcus, c’est celle des saveurs. Dans ce domaine, les petits pots proposent tous la même chose, ils n’ont rien à voir avec les légumes frais. Sans culpabiliser les mamans qui n’ont pas le temps de faire la cuisine, je préfère que l’enfant mange des purées maison. Cela développe son goût et son sens de la gastronomie. »

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)