Faut-il bannir les petits pots ?

, par  Delphine Delarue

Les petits pots sont-ils suffisamment équilibrés pour être consommés tous les jours par les bébés ? Pour le docteur Marcus, pédiatre, « ils contiennent tout ce qu’il faut pour nourrir un enfant et assurer sa croissance ». Leur production est encadrée par une réglementation très stricte et certaines marques développent des produits à base de légumes cuits à la vapeur sans aucun additif ou conservateur. « Mais la question n’est pas celle de l’équilibre alimentaire, ajoute le docteur Marcus, c’est celle des saveurs. Dans ce domaine, les petits pots proposent tous la même chose, ils n’ont rien à voir avec les légumes frais. Sans culpabiliser les mamans qui n’ont pas le temps de faire la cuisine, je préfère que l’enfant mange des purées maison. Cela développe son goût et son sens de la gastronomie. »

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)