Faut-il bannir les petits pots ?

, par  Delphine Delarue

Les petits pots sont-ils suffisamment équilibrés pour être consommés tous les jours par les bébés ? Pour le docteur Marcus, pédiatre, « ils contiennent tout ce qu’il faut pour nourrir un enfant et assurer sa croissance ». Leur production est encadrée par une réglementation très stricte et certaines marques développent des produits à base de légumes cuits à la vapeur sans aucun additif ou conservateur. « Mais la question n’est pas celle de l’équilibre alimentaire, ajoute le docteur Marcus, c’est celle des saveurs. Dans ce domaine, les petits pots proposent tous la même chose, ils n’ont rien à voir avec les légumes frais. Sans culpabiliser les mamans qui n’ont pas le temps de faire la cuisine, je préfère que l’enfant mange des purées maison. Cela développe son goût et son sens de la gastronomie. »

DOSSIERS

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)