Dossier médical personnel : peu efficace et trop cher

, par  Enrique Moreira

A la demande de la commission des finances de l’Assemblée nationale, la Cour des comptes a rendu un rapport sur le coût du dossier médical personnel (DMP). Les sages de la rue Cambon y pointent une gestion défaillante de la part de l’Assurance maladie et de l’Etat. Verdict : malgré des frais importants (210 millions d’euros) pour sa mise en œuvre, le DMP se révèle très peu efficace.

C’est l’histoire d’un gaspillage d’argent public par la faute d’une « défaillance de stratégie et de pilotage de la part de l’Etat » que vient d’épingler la Cour des comptes, dans son rapport « Le coût du dossier médical personnel (DMP) », rendu public par le journal Le Monde du 27 août 2012.
Imaginé et conçu en 2004 par Philippe Douste-Blazy, alors fraîchement nommé ministre de la Santé, ce dossier avait pour objectif de créer un « carnet de santé numérique censé regrouper les données des patients (prescriptions, résultats d’analyses, compte rendu d’hospitalisations…) ». Puis, suite à la valse des ministres et des personnes chargées de sa conception et à la répétition des expérimentations, il n’a vu le jour au niveau national qu’en janvier 2011, pour finalement faire un flop.

Près d’un demi-milliard d’euros

Un an et demi plus tard, le dispositif ne contient, en effet, qu’environ 158 000 dossiers, tandis que l’objectif était d’en avoir 500 000 avant fin 2011. Il aura pourtant coûté cher : au moins 210 millions d’euros. Si l’on ajoute à cela le montant des dossiers informatisés des patients dans les hôpitaux, la facture s’élève à près d’un demi-milliard d’euros au début de l’année 2012.
La Cour des comptes, dont le rapport a été commandé par la commission des finances de l’Assemblée nationale, pointe du doigt « la multiplication d’expérimentations sans lendemain jusqu’en 2008 » et surtout « l’absence de suivi de ces dépenses par l’Assurance maladie ».

Un dossier inadapté

Il faut dire que « le DMP ne correspond pas à l’intérêt des patients et aux besoins des professionnels », a expliqué Gérard Bapt, député socialiste de Haute-Garonne et spécialiste des questions de santé. Dans l’ensemble, les praticiens ont été jusqu’ici réticents à ouvrir des DMP, car, selon eux, le rapport entre le temps pris à le remplir et l’efficacité n’est pas positif. Les patients ont, par exemple, le droit de ne pas faire figurer certaines données sur un dossier qui serait informatisé – comme le prévoit la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) ; dès lors, le médecin ne peut pas utiliser le DMP.
Le rapport de la Cour des comptes révèle d’autres faiblesses du système. Ainsi, plusieurs hôpitaux ont ouvert leurs dossiers informatisés pour les patients, mais ne réussissent pas à se les communiquer entre eux. Il existe également un risque quant à la sécurité des données de santé : celles-ci pourraient être piratées avant d’être revendues à des assurances ou à des banques, qui s’en serviraient alors, par exemple, pour refuser un prêt.

Sources
- « Le dossier médical personnel, très mal ficelé », Pascale Santi, LeMonde.fr, 27 août 2012.

- « Le DMP mal piloté et coûteux : la Cour des comptes étrille la stratégie de l’Etat », Christophe Gattuso, Le Quotidien du médecin, 28 août 2012.

- « La Cour des comptes conteste l’utilité du dossier médical personnel », Catherine Monin, La-Croix.com, 28 août 2012.

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie. Souvent malmené par les excès d’alcool, de sucre et la sédentarité, cet organe longtemps resté mystérieux peut souffrir en silence (...)

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)