Dormir à deux : rêve ou cauchemar ?

, par  Isabelle Delaleu

Une fois en couple, partager son lit semble être une évidence, et pourtant… Selon une étude américaine, un quart de ceux qui dorment à deux sont régulièrement dérangés par leur partenaire, principalement par ses mouvements et retournements répétés : chaque personne bouge en moyenne trente à quarante fois par nuit, et l’on peut ainsi se bousculer quatre-vingt fois sous la couette, ce qui provoque des micro-réveils fatigants. Idem pour les ronflements, particulièrement dérangeants, puisqu’ils peuvent atteindre 90 décibels, soit le double de la limite considérée comme « acceptable » par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Résultat, 61 % de ceux qui partagent leurs nuits avec un ronfleur se disent irritables, 41 % fatigués… et ces bruits parasites sont à l’origine de disputes chez 67 % des couples concernés.
Quelles solutions quand on ne veut pas faire lit, voire chambre, à part ? Des bouchons d’oreilles pour les compagnons de ronfleurs (56 % des couples) et, pour des nuits paisibles, un grand lit à l’américaine (160, 180, voire 200 cm de largeur), dont il est prouvé qu’il améliore la qualité de sommeil des couples : impératif pour ne plus se gêner quand on dort avec un gigoteur ! On peut même choisir des matelas spécifiques, comme ceux à ressorts ensachés, qui « isolent » les mouvements de chacun et garantissent une parfaite indépendance de couchage.

DOSSIERS

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)