Des plantes, oui, mais sous quelle forme ?

, par  Isabelle Delaleu

- Les tisanes : c’est le moyen le plus traditionnel et le plus simple pour utiliser les plantes « en vrac », qu’elles soient fraîches ou sèches. On distingue l’infusion (plantes infusées quelques minutes dans de l’eau bouillante), privilégiée pour les fleurs et les feuilles, de la décoction (le mélange eau et plante est porté à ébullition), davantage utilisée pour extraire les principes actifs contenus dans les graines, les écorces, les racines...
- Les poudres : elles nécessitent le séchage de la plante, puis une pulvérisation plus ou moins fine selon les besoins, et permettent ensuite de fabriquer gélules, comprimés... Elles sont moins stables dans le temps que les plantes séchées.
- Les extraits : ils sont réalisés par trempage de la plante dans un solvant (eau, alcool, éther...), suivi d’un rinçage. C’est une forme assez concentrée (1 gramme d’extrait correspond à 1 gramme de « drogue » sèche), que l’on trouve sous forme fluide ou sèche (nébulisat, différent d’une poudre).
- Les extraits fluides glycérinés : ils sont obtenus à partir de végétaux broyés frais et macérés dans un mélange d’eau, d’alcool (ensuite éliminé) et de glycérine. C’est une forme galénique assez prisée des phytothérapeutes.
- Les huiles essentielles : fabriquées par distillation (pour la plupart des plantes) ou par pressage (pour les agrumes ; on parle alors plutôt d’essence), elles sont extrêmement concentrées et relèvent de l’aromathérapie, proche parente de la phyto (lire également « Aromathérapie : une “petite sœur” efficace »).
- Les suspensions de plante fraîche : comme leur nom l’indique, elles sont réalisées moins de vingt-quatre heures après la cueillette. La plante est cryobroyée, puis mise en suspension dans un mélange hydroalcoolique qui permet un blocage transitoire des réactions enzymatiques, rétablies au moment de l’emploi par dilution dans de l’eau. Elles ne sont pas très nombreuses, mais sont intéressantes et actives.
- Les teintures-mères : très concentrées et donc utilisées généralement en gouttes, elles sont obtenues par macération de la plante ou d’une partie de celle-ci, à froid ou à chaud, dans de l’alcool qui sert aussi bien pour l’extraction que pour la conservation. Elles sont très répandues en France.
- Les alcoolats : également appelés élixirs, esprits ou quintessences, ce sont liquides incolores obtenus par distillation d’une macération de plantes fraîches ou sèches dans de l’alcool.

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.