Des cellules souches pour régénérer tissus et organes

, par  Suzanne Kestenberg

On pourra bientôt disposer de peau humaine en quantité illimitée pour soigner les grands brûlés. Une première a récemment été réalisée par des chercheurs français, Marc Paschanski et Christine Baldeschi, qui ont transformé des cellules souches embryonnaires en épiderme. Issues de l’embryon ou du fœtus, celles-ci peuvent se renouveler à l’infini et donner naissance à n’importe quel type de cellules.
C’est ainsi que des scientifiques travaillent, à partir de cellules souches, sur la régénération du tissu cardiaque après un infarctus. D’autres ont réussi à réparer des neurones sur des souris rendues parkinsoniennes, d’autres encore sont parvenus à faire pousser des dents de souris. Cela dit, il ne s’agit encore que d’essais sur l’animal.

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)