Dépistage du cancer du sein : un mammographe numérique à Redon

, par  Mutuelle des Pays de Vilaine

Depuis le mois juin dernier, le centre hospitaliser de Redon s’est doté d’un mammographe numérique. C’est dire l’importance qu’il donne au dépistage du cancer du sein.

En acquérant un mammographe numérique capteur plan, le centre hospitalier de Redon donne un signal fort sur son implication dans le dépistage du cancer du sein pour toutes les femmes du pays de Redon et de Vilaine. D’après la dernière étude publiée par l’Adeci 35, le taux de participation des femmes de ce secteur est inférieur à la moyenne de l’Ille-et-Vilaine. Pourtant, lors de la campagne 2009, environ 8,4 % des mammographies réalisées se sont révélées positives. C’est dire l’importance du dépistage dans la lutte contre le cancer du sein.

Pourquoi un mammographe numérique ?

La technologie numérique donne une qualité d’image exceptionnelle. Elle facilite considérablement l’interprétation, notamment pour les seins denses. L’irradiation est en outre moins importante. Les radiologues visualisent les images obtenues sur des écrans haute définition leur permettant de les retravailler si besoin. Enfin, l’imagerie numérique permet de stocker les images et d’avoir, dans le futur, la possibilité de les transférer au centre de dépistage.

Une équipe au service du patient

Le service d’imagerie de Redon est composé de dix manipulateurs, de deux secrétaires, d’un brancardier et d’un cadre de santé. La pénurie de radiologues est réelle et les établissements publics sont les premiers touchés. Dans ce contexte, le centre hospitalier a su réagir en faisant appel à des médecins remplaçants. Il peut ainsi compter sur une dizaine de praticiens fidélisés. Parmi ceux-ci, deux radiologues sont présents à mi-temps : le docteur Cécile Descloquemant et le docteur Raphaël Apiou.

Forte progression de l’activité externe

Si l’unité d’imagerie trouve sa vocation première dans le traitement des patients hospitalisés, plus de 65 % de son activité est cependant réalisée avec des patients externes. Le nombre de scanners effectués à l’hôpital de Redon a connu une augmentation de plus de 250 % en quatre ans.
Pour ce qui concerne l’activité programmée, l’unité d’imagerie reçoit les patients de 8 h 30 à 17 h 30. Ils repartent le jour même avec leur compte rendu, comme dans un cabinet de ville, ce qui est un véritable atout. Les délais de rendez-vous sont très courts malgré une activité soutenue. Il faut en effet compter quarante-huit heures pour un rendez-vous de scanner.
Dans le cadre de la collaboration avec le service des urgences de l’hôpital, les patients sont accueillis vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jour sur sept. Un radiologue est d’astreinte la nuit et les week-ends, garantissant la qualité de la prise en charge.

Complémentarités et coopération

Le centre hospitalier de Redon propose une gamme importante d’examens : scanner, échographie, mammographie, doppler et examens spéciaux (arthroscanner, hystérographie, etc.). Depuis deux ans, l’unité d’imagerie est dotée d’un système informatique (PACS) qui permet de stocker temporairement tous les examens réalisés. Les médecins du centre hospitalier y ont accès en ligne à tout moment.
Le scanner est mis à la disposition des radiologues libéraux redonnais trois fois deux heures par semaine. Par ailleurs, les scanners réalisés sont envoyés par le réseau haut débit vers le CHU de Rennes en cas de transfert d’un patient ou pour demander un avis spécialisé, ce qui évite de renouveler les examens.

L’avenir

La qualité du plateau technique d’imagerie médicale est l’un des points forts du centre hospitalier de Redon. C’est également un véritable atout pour la population qu’il dessert, car cela évite les déplacements vers les villes avoisinantes. Le maintien de cette qualité nécessite sans cesse d’investir pour maintenir les compétences sur place.

Sources :
- Centre hospitalier : 8, avenue Etienne-Gascon, 35600 Redon. Service d’imagerie, tél. : 02 99 71 71 93.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

ARTICLES RÉCENTS