Dépassements d’honoraires : une manne pour les spécialistes

, par  Julien Jeffredo

Pratiquer des prix supérieurs aux tarifs conventionnés par la Sécurité sociale est une source de revenus non négligeable pour de nombreux praticiens. Mais les disparités sont grandes en fonction des disciplines : les dépassements varient de 4 % du total des honoraires chez les cardiologues à 46 % chez les stomatologues. Une charge financière que les Français et leurs complémentaires sont de plus en plus réticents à endosser.

Entre 2008 et 2010, la quasi-totalité des praticiens ont vu leurs revenus augmenter grâce aux dépassements d’honoraires. Et les champions toutes spécialités confondues sont les stomatologues : leurs honoraires incluent 46 % de dépassements en 2010, bien au-dessus de la moyenne des autres praticiens, établie à 11,7 %. Un rapport du ministère de la Santé, intitulé « Les honoraires des professionnels de santé libéraux entre 2008 et 2010 », détaille les disparités en fonction des disciplines.
On apprend ainsi que les dépassements d’honoraires constituent une part réduite des revenus de certains spécialistes, par exemple les cardiologues, les pneumologues et les radiologues (4 % du total des honoraires). La plupart des professionnels de santé se situent dans une fourchette intermédiaire : les dépassements représentent 17 % des revenus des anesthésistes, 30 % de ceux des gynécologues et 32 % de ceux des chirurgiens.

Un surcoût pour les patients

Ces trois professions sont précisément celles concernées par le « secteur optionnel » prévu par la loi de financement de la Sécurité sociale (LFSS). Si un accord n’est pas trouvé prochainement entre l’Assurance maladie, les complémentaires et les médecins pour limiter les dépassements d’honoraires, alors ceux-ci seront à la charge des complémentaires. Un surcoût pour les mutuelles, qui devront le répercuter sur le prix de leurs cotisations.
Or, selon une étude réalisée par Ipsos en mai 2011, 57 % des Français déclarent avoir déjà « atteint ou dépassé leur limite budgétaire » en matière de complémentaire santé, et ils sont 40 % à estimer qu’entre 2010 et 2011 l’augmentation de leurs dépenses de santé a été supérieure à 10 %.

Sources
- Rapport du ministère de la Santé, « Les honoraires des professionnels de santé libéraux entre 2008 et 2010 », Etudes et résultats, n° 786, décembre 2011.
- Lettre de l’Agence fédérale d’information mutualiste (Afim), n° 4062, 13 janvier 2012.

DOSSIERS

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

ARTICLES RÉCENTS