Dépassements d’honoraires : les grandes villes passées au crible

, par  Julien Jeffredo

Paris est la ville où les dépassements d’honoraires sont le plus pratiqués : près d’un médecin sur deux y a recours, tant chez les généralistes que chez les spécialistes, révèle une enquête du « Monde ». Dans les autres grandes villes de France, ils sont généralement plus contenus.

Il ne fait pas bon vivre à Paris lorsque l’on doit aller chez un médecin, qu’il soit généraliste ou spécialiste. Dans la capitale, près de la moitié d’entre eux (45 %) pratiquent des dépassements d’honoraires. Surtout, ces dépassements y sont très élevés : presque 15 euros (généralistes et spécialistes confondus). C’est ce que révèle une enquête menée par Le Monde. Pour obtenir ces résultats, le quotidien a exploité les données l’Assurance maladie. Sur le site Ameli.fr, en effet, chacun peut consulter une par une les fiches des médecins, sur lesquelles apparaît le montant de leurs honoraires. Grâce à un logiciel spécifique, le journal a pu synthétiser les 15 500 fiches des médecins exerçant dans les dix plus grandes villes de France.

On constate ainsi qu’en dehors de Paris le phénomène est plus rare et de moindre ampleur. A Lyon, deuxième ville la plus touchée, 33,5 % des médecins pratiquent des dépassements, de 8 euros en moyenne. A Toulouse, la plus épargnée des métropoles recensées dans l’enquête, 9,5 % des praticiens font payer davantage que le tarif remboursé par la Sécurité sociale. Lille, Strasbourg, Nice, Nantes, Bordeaux, Montpellier et Marseille se situent entre les deux.

Jusqu’à cinq fois le tarif de la Sécu à l’hôpital public

Les dépassements atteignent parfois des sommets : jusqu’à cinq fois de la tarif de la Sécurité sociale chez 66 praticiens ! Sans surprise, 53 d’entre eux sont parisiens, mais, fait plus marquant dont nous vous parlions il y a quelques semaines, 55 exercent au sein d’un hôpital public.

La consultation la plus chère est celle d’un cancérologue. Elle s’élève à 500 euros, quand la Sécurité sociale rembourse 69 euros.

Sources
- « Tarifs médicaux : enquête sur les dépassements d’honoraires », Le Monde, 10 avril 2012.

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS